LE DIRECT

Le Crépuscule des idoles de Nietzsche (1/4): philosopher en maniant le marteau

49 min
À retrouver dans l'émission

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Mydia Portis-Guérin

Lectures : Jean-Louis Jacopin

C’est à Sils-Maria, dans un petit village isolé d’Engadin et pour se délasser que Nietzsche s’attelle à la rédaction du Crépuscule des idoles en 1888. Quelques jours plus tôt, il mettait le point final au Cas Wagner , dans lequel il fustige la séduction hypnotique et amollissante du compositeur, et avant de rejoindre Turin, avant de composer ses deux derniers textes, et avant de devenir fou, il s’accorde une distraction, un texte à l’allure d’une divagation, et qu’il souhaite nommer Loisirs d’un psychologue.

Rarementdivagation n’aura été si explosive. Ce qui deviendra le Crépuscule des idoles est une nouvelle manifestation de gai savoir, de cette gaieté d’esprit qui fait sourire celui qui lit et briller les yeux de celui qui écoute, sous l’effet de la gourmandise ou de la fulgurance. Car cette légèreté est efficace, féconde, aux antipodes de l’effet de style, même si chaque paragraphe peut se lire comme un petit bijou que l’on voudrait garder pour soi. C’est vrai pour tous les textes de Nietzsche, et dans le Crépuscule, les idoles valdinguent au cours d’une séance médicale dont le seul but est de guérir l’homme des maladies du passé et du présent pour rendre, enfin, la vie digne d’être vécue.

Comment comprendre ce grand oui à la vie ? Quelles sont ces idoles qu’il s’agit de renverser, et comment y parvenir ? Un marteau détruit, ausculte et sculpte, de destructeur il devient créateur, mieux vaut donc savoir le manier pour philosopher.

Céline Denat
Céline Denat Crédits : MC - Radio France

Bibliographie complémentaire:

Deux ouvrages à paraître:

  • Lectures du Crépuscule des idoles , direction Chiara Piazzesi, Céline Denat & Patrick Wotling (Presses Universitaires de Reims, 2014)

  • La naissance de la tragédie de Nietzsche traduction Céline Denat, (Garnier Flammarion, à paraître, 2014).

Extraits :

-"Thor" de Kenneth Branagh (2011)

-"La maladie de Sachs" de Michel Deville (1999)

-"Camille Claudel" de Bruno Nuytten (1988)

Musiques et chansons :

-Maurice Jarre, "Sculpture"

-Richard Wagner, "Crépuscule des dieux", prologue

-Gustave Mahler, Symphonie n° 3 en ré mineur tempo di menuetto

-Nietzsche, "Maestoso adagio"

-Claude François, "Si j'avais un marteau"

-Johnny Halliday, "L'idole des jeunes"

Textes :

-Nietzsche, Le crépuscule des idoles ou comment philosopher en maniant le marteau, Préface

-Nietzsche, Eléments pour la généalogie de la morale , § 6

-Nietzsche, Humain trop humain , II, « Opinions et sentences mêlées », § 210

-Nietzsche, Par-delà Bien et mal , § 62

Et les "2 minutes papillon" de Géraldine Mosna-savoye : Y a-t-il du sacré dans la nature ? , sous la direction de Bérengère Hurand et Catherine Larrère, aux publications de la Sorbonne

Intervenants
  • maîtresse de conférences à l’université de Reims-Champagne-Ardennes, spécialiste de philosophie allemande moderne, membre et coordinatrice du Groupe international de Recherches sur Nietzsche
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......