LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les paradoxes du désir, de Platon à Lacan, une série de quatre émissions
Épisode 3 :

Sartre : le désir peut-il être comblé ?

53 min
À retrouver dans l'émission

Pour Jean-Paul Sartre, le désir ne se distingue pas du manque, il est un manque, mais un manque bien particulier, originaire de la conscience... Explications avec le philosophe Hadi Rizk.

Le philosophe Jean-Paul Sartre à Paris en 1966
Le philosophe Jean-Paul Sartre à Paris en 1966 Crédits : Dominique BERRETTY/Gamma-Rapho - Getty

Troisième temps de notre semaine consacrée au désir. C'est à travers l'œuvre de Jean-Paul Sartre L'Etre et le Néant que nous allons nous demander si le désir peut être comblé. Pour nous en parler aujourd'hui, Adèle Van Reeth s'entretient avec le philosophe Hadi Rizk.

Hadi Rizk : A propos du manque, il ne faut pas le comprendre comme un vide, une défaillance, quelque chose d’incomplet de manière statique, mais il faut le comprendre de manière dynamique : le manque est marqué par une relation à ce qu’il n’est pas et qu’il poursuit. Au fond, Sartre radicalise une idée profondément phénoménologique : toute conscience est conscience de quelque chose, la conscience est transcendance. Elle se dépasse vers autre chose qu’elle-même, elle est ouverture à ce qui n’est pas elle. Mais Sartre radicalise cette notion en disant que la conscience est vide de ce qu’elle n’est pas, elle se fait vide de ce vers quoi elle se projette, en essayant de se relier à cet être. Autrement dit, la conscience naît comme une absence à soi-même, une absence à l’être, mais une absence portée vers l’être qu’elle révèle et que de ce coup, elle manifeste.

Il faut qu’il y ait un manque pour qu’il puisse y avoir désir. Si tout est plein, si tout est complet, il n’y a plus de place pour le désir. Mais l'originalité et l'audace de la pensée du philosophe tient en ce que Sartre situe l’origine de ce désir, donc de ce manque, au sein même de la conscience. Toute pensée du désir est chez Sartre une pensée ontologique, première.

Hadi Rizk : Chez Sartre, parler de la conscience, parler du désir, c’est parler de l’être. Si l’être était ce plein refermé sur lui-même et absolument autosuffisant, il serait totalement indifférencié, il serait pour reprendre un mot de Hegel dans "la nuit de l’absolu où toutes les vaches sont grises." La conscience, c’est une manque, un vide mais qui permet la perspective, le rapport, qui permet le dynamisme du désir, qui va, en se rapportant aux choses manifester le monde.

Textes lus par Céline Monsarrat

  • Jean-Paul Sartre, L’être et le néant  (Gallimard/Tel, 2009)
  • Jean-Paul Sartre , Les mots  (Gallimard)

Extraits diffusés

  • Archive Sartre par lui-même , RTF 1973
  • La Vénus à la fourrure, de Roman Polanski (2013)

La chronique "2 minutes papillon" de Géraldine Mosna-Savoye

  • Collectif, direction Nella Arambasin. Les espaces de vie de l'artiste. Les enfermements à l'œuvre, Presses Universitaires de Franche Comté, 2015

Musiques diffusées

  • Charlie Haden , Were you there when they crucified my lord?
  • Georges Fenton , Venice proud and pretty
  • Brigitte, Hier encore
  • Suzy Solidor, Obsession
Hadi Rizk
Hadi Rizk Crédits : MC - Radio France
Intervenants
  • professeur de philosophie en Khâgne, au lycée Henri IV (Paris).
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......