LE DIRECT
André Gied

Liberté chérie ? 2/4 : André Gide, une liberté absolue ?

58 min

C'est aujourd’hui en plongeant corps et âme dans l’univers sombre, fantasque et philosophique des Caves du Vatican d’André Gide que nous allons nous demander si ce que nous appelons un acte gratuit est l’acte de naissance ou au contraire la fin de la liberté.

André Gied
André Gied Crédits : ullstein bild Dtl - Getty

Par Adèle Van Reeth

Réalisation: Mydia Portis-Guérin

Lectures: Georges Claisse

C'est aujourd’hui en plongeant corps et âme dans l’univers sombre, fantasque et philosophique des Caves du Vatican  d’André Gide que nous allons nous demander si ce que nous appelons un acte gratuit est l’acte de naissance ou au contraire la fin de la liberté.

Car les Caves du Vatican  est sans doute le roman qui nous donne le mieux à voir et à penser la curiosité de l’homme à l’égard de sa propre liberté. La liberté n’est pas un savoir, elle est toujours en acte, sous peine d’être rongée par le doute de son existence.

La conscience de sa propre liberté ne dispense jamais de sa mise à l’épreuve, quotidienne s’il le faut, répétitive, au sein de nos actions, aussi infimes soient-elles, comme autant d’éclats transgressifs.

Or si à la question « suis-je libre ? » l’homme ne peut répondre de manière satisfaisante que par l’expérience, en agissant de manière  libre, ces actions doivent être proportionnelles à l’ampleur de la question posée. Certes, je peux tester ma liberté en traversant hors des clous, en me mariant trois fois dans l’année ou en refusant de pleurer à un enterrement, mais le butin ainsi récolté sera bien maigre au regard de mon attente. Car la liberté, par définition, ne supporte aucune limite, aucune concession : suis-je libre, c'est-à-dire : suis je absolument  libre ?

Mais dans ce cas, pourquoi ne pas me jeter dans le vide lorsque je sens l’attrait du ravin au sommet d’une montagne ? Pourquoi ne pas pousser hors du train la personne à côté de qui l’on voyage et qui nous agace profondément ?

La question n’est donc pas : suis-je libre ? Mais « pourquoi ma liberté a-t-elle des limites ? pourquoi cet écart entre mon envie et les faits, entre le possible et le réel, quand je ne peux m’en prendre qu’à moi-même ?

….Et si c’était l’inverse ? Et si c’était l’acte absolument gratuit, c'est-à-dire commis sans intentions préalable ni gains escomptés, qui nous mettait face à l’abîme de notre liberté? Et si l’acte gratuit, en nous révélant notre liberté, rencontrait simultanément une limite indépassable, celle du réel qui vient mettre un terme définitif et irréversible au chant des possibles ?

Pour nous en parler, nous recevons Pierre Masson .

Pierre Masson
Pierre Masson Crédits : MC - Radio France

Références musicales:

  • Antoine Duhamel , BOF Pierrot le fou
  • Juliette Greco , C'était un train de nuit
  • Set fire to flames , Rites of spring reverb
  • Felix Leclerc , Les 100 000 façons de tuer un homme

Lectures:

  • André Gide , Les caves du Vatican  (Folio/Gallimard)
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......