LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Federico FELLINI sur le tournage du film "Rome", intérieurs tournés à Cinecitta
Épisode 2 :

Casanova

50 min
À retrouver dans l'émission

A la première lecture de l"'Histoire de ma vie", Fellini déteste Casanova : l'homme, le personnage, le mythe, tout. C'est à partir de cette antipathie, non dénuée de jalousie, que le réalisateur construit son film autour du "vide".

Tournage de Casanova/ Federico Fellini et Donald Sutherland
Tournage de Casanova/ Federico Fellini et Donald Sutherland Crédits : RONALD GRANT/ MARY EVANS - Sipa

Comment comprendre cette affirmation, quand on voit la prolifération de tableaux fantaisistes et baroques qui composent ce film ? Et comment expliquer cette haine qui anime le réalisateur en face du mythe italien ? Emmanuelle Meunier nous parle aujourd'hui de la rencontre entre les deux monstres italiens, Fellini et Casanova.

Le texte du jour

« Les femmes n’ont point tort d’être tant soigneuses de leur figure, et de leurs vêtements, car ce n’est que par là qu’elles peuvent faire naître la curiosité de les lire dans ceux qui à leur naissance la nature n’a pas déclaré pour dignes d’être nés aveugles. Or tout comme ceux qui ont beaucoup de livres sont très curieux de lire les nouveaux, fussent-ils mauvais, il arrive qu’un homme, qui a aimé beaucoup de femmes toutes belles, parvienne enfin à être curieux des laides lorsqu’il les trouve neuves. Il voit une femme fardée. Le fard lui saute aux yeux ; mais cela ne le rebute pas. Sa passion devenue vice lui suggère un argument tout en faveur du faux frontispice. Il se peut, se dit-il, que le livre ne soit pas si mauvais ; et il se peut qu’il n’ait pas besoin de ce ridicule artifice. Il tente de le parcourir, il veut le feuilleter, mais point du tout ; le livre vivant s’oppose ; il veut être lu en règle ; et l’egnomane devient victime de la coquetterie, qui est le monstre persécuteur de tous ceux qui font le métier d’aimer. Homme d’esprit, qui a lu ces dernières vingt lignes, qu’Apollon fit sortir de ma plume, permets-moi de te dire que si elles ne servent à rien pour te désabuser tu as perdu ; c’est-à-dire que tu seras victime du beau sexe jusqu’au dernier moment de ta vie. Si cela ne te déplaît pas, je t’en fais mon compliment. »

Giacomo Casanova, Histoire de ma vie (Robert Laffont, 1993)

Archives

- Entretien de Federico Fellini par Aldo Tassone au sujet de Casanova, publié dans l’Espresso du 18-24 août 1975, traduit par Françoise Pieri pour le Positif n°181 de mai 1976

- Archive Fellini (source Les samedis de France Culture, 26/02/1977)

- Le Casanova de Fellini, de Federico Fellini ( 1976), avec Donald Sutherland et Tina Aumont

Lecture

- Giacomo Casanova, Histoire de ma vie (Robert Laffont, 1993), t. I, vol. 8, p. 439

Référence musicale

- Loleatta Holloway, Casanova

Emmanuelle Meunier
Emmanuelle Meunier Crédits : MC - Radio France
Chroniques
10H50
2 min
Deux minutes papillon
Deuxième pas sur les traces de l’individualisme libéral

Bibliographie

.

Fellini et CasanovaEmmanuelle MeunierPresses universitaires de Vincennes, 2014

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......