LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Philosophie de l’instrument de musique.

59 min

Existe-t-il une philosophie de la musique se demandait en 2005 Philippe Nemo ? « On peut en douter, répondait-il, car si beaucoup de philosophes ont parlé de l’art ou plus précisément de la musique, rares sont ceux qui ont véritablement touché au but ». Et de sauver in extremis de ce manquement Schopenhauer et Nietzsche, de loin les deux philosophes les plus musiciens de l’histoire de la philosophie. Mais on peut se poser cette question différemment et se demander par exemple si le philosophe a quelque chose à apprendre de la musique s’il prend la peine de l’écouter. Le philosophe, mais aussi tout un chacun, gagne-t-il à penser avec la musique, en prenant la mesure de tout ce qui se passe en lui, et en nous, en l’écoutant ? A cette délicate question Bernard Sève a répondu en 2002 dans son livre – L’altération musicale. Non par une sorte de catalogue de tout ce que la musique peut nous apporter, ni par un inventaire des critères qui la définirait, mais par ce qu’elle implique de manière de vivre, d’exercice métaphysique inconscient, de par sa résistance même à la mise en discours, à une conceptualisation trop massive, susceptible de casser le mouvement qui lui est propre, l’élan qui lui appartient. « Je ne suis pas altéré par la musique, je m’altère par elle et grâce à elle. Sa prise sur moi, c’est qu’elle m’arrache à moi-même pour m’y renvoyer ». Voilà ce que la musique apprend au philosophe. Il ne lui restait plus qu’à se demander ce que l’instrument de musique nous apprend du corps musicien pour compléter son ontologie musicale. C’est l’objet de son dernier livre qui se présente comme une sorte d’opéra des instruments dont il aurait écrit le livret. Il ne s’y substitue pas à l’instrument qui donne vie à la musique, mais il entretient un rapport vivant avec les instruments, par le jeu et ou l’écoute, afin de s’en faire une idée. Il nous fait sentir le corps du l’instrument et celui du musicien pour nous apprendre à écouter la musique.

En rendant sa place essentielle à l’instrument, il nous délivre du sérieux que peut avoir parfois la philosophie de l’art. Au pont de ne plus savoir si nous lisons un professeur de philosophie ou un professeur de musique.

Nous avons une heure, pour faire connaissance avec Bernard Sève : philosophe musicien à ses heures ou musicien philosophe à d’autres.

Bernard Sève
Bernard Sève
Intervenants
  • Professeur d'esthétique et de philosophie de l'art à l'UFR de philosophie de l'Université Lille-3 Charles-De-Gaulle
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......