LE DIRECT

Philosophie du mariage à l'âge d'or d'Hollywood (2/4) : Gaslight (Hantise) de George Cukor

58 min

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Mydia Portis-Guérin

Lectures : Jean-Louis Jacopin

Gaslight
Gaslight

Une comédie romantique commence bien, se complique, et finit bien : deux personnes se rencontrent et tombent amoureuses, un certain nombre d’obstacles se dressent entre eux (un père sévère, un cœur encore convalescent ou la peur du regard des autres) et à la fin, tout le monde se réjouit.

Une comédie de remariage commence mal, se complique encore plus, et finit bien : un couple déjà formé depuis longtemps se sépare, l’un des deux tente de reconquérir l’autre, souvent sur le point d’épouser un tiers, et à la fin les deux personnes, transformées par l’épreuve de la séparation, se remettent ensemble, se disent Oui à nouveau, de manière symbolique.

Un mélodrame commence bien et finit mal. Il commence par l’amour et se termine par l’échec.

Certes ces genres existent au cinéma, l’immense avantage du film étant d’avoir un début et une fin définies qui lui donnent un certain ton, une humeur, qui nous font préférer les uns aux autres. Mais ces humeurs composent la vie humaine, ou plutôt, expriment une certaine conception de la vie humaine. Les philosophes aussi ont leur humeur, de l’ironie méthodique de Socrate à l’indignation mélancolique de Rousseau, de la douceur extatique de Pascal au cynisme désabusé de Cioran. La vie humaine est une comédie, écrit Kojève. Il faut la jouer sérieusement.

Avant Olivier Abel qui viendra demain mêler réflexion éthique et politique autour de la comédie de remariage Madame porte la culotte -Adams’Rib, de Georges Cukor, et Jean-Loup Bourget qui vous parlera jeudi du Rendez-vous de Lubitsch, c'est-à-dire de l’écart entre l’amour spirituel idéal et les corps maladroits et imparfaits, j’ai le plaisir d’accueillir aujourd’hui la philosophie Sandra Laugier pour redonner ses lettres de noblesse à un genre souvent méprisée, le mélodrame.

sandra Laugier
sandra Laugier Crédits : MC - Radio France

Références musicales:

  • Franz Waxman, Love theme , BOF Spellbound

  • L. V Beethoven , Sonate n°8 en ut min, op 13, pathétique pour piano, grave allego

  • Janis Joplin , A woman left lonely

  • Pink , Just give me a reason

Extraits:

- Camille redouble, de Noémie Lvovsky (2012)

  • Gaslight , de George Cukor (1944)

  • Two days in Paris de Julie Delpy ( 2007)

Lecture:

  • Descartes , Méditations métaphysiques , p.278-279 (Gallimard)
lettre d'une inconnue
lettre d'une inconnue
camille redouble
camille redouble
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......