LE DIRECT

Quelle histoire pour les Pieds-Noirs restés en Algérie ?( En direct du Salon du Livre)

58 min

« Ni valise, ni cercueil » : lisez ce livre sans plus attendre. Ce n’est pas un livre de plus sur la guerre d’Algérie, les Pieds-noirs, les rapatriés. C’est une réflexion sur l’écriture et la vie qui porte sur les Pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance (1). C’est aussi un livre de témoignages. Car on y on trouve des personnages inouïs qui n’ont pas trahi leur pays d’origine et ont accompagné les premiers pas de l’Algérie indépendante. Une couturière, par exemple, Cécile Serra, né en 1918, qui vit dans le quartier du Golf à Alger. Une femme incroyable qui n’a jamais tutoyé son marchand de légumes, qui ne s’est jamais séparée de son Aronde de 1961, qui peste tous les jours en lisant « El Moudjahid », et qui s’est toujours bien entendu avec ses voisins, même pendant la guerre civile. Une femme qui porte sur ses épaules ce qui aurait pu être un autre destin possible pour l’Algérie. A l’image de ce Jean-Bernard Vialin né en 1950 à Paris qui est pilote d’Air Algérie et qui vit aujourd’hui à Alger. Ces deux figures minoritaires parmi d’autres qui ont depuis quitté l’Algérie nous obligent à faire retour sur ce qui s’est passé en 1962. Pendant longtemps, en effet, la thèse répandue était la suivante : un million de Pieds-noirs seraient partis brusquement. Il n’y avait pas d’autres possibilités pour eux que de quitter l’Algérie. Pierre Daum nuance considérablement cette version officielle. Car s’ils ne sont plus qu’une centaine aujourd’hui en Algérie, ils étaient 200 000 après l’été 1962. « L’Algérie de 1962 offrait au colonisateur d’hier l’occasion de se muer en partenaire », écrit-il.

Nous avons donc invité Pierre Daum pour qu’il nous parle de cette histoire longtemps enfouie des Pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......