LE DIRECT
.
Épisode 2 :

Baudrillard, «De la séduction »

51 min
À retrouver dans l'émission

Comment comprendre l'ordre spécifique de la séduction?

.
.

"La séduction représente la maîtrise de l'univers symbolique, alors que le pouvoir ne représente que la maîtrise de l'univers réel", écrit Baudrillard dans "De la séduction" (1979). Comment comprendre l'ordre spécifique de la séduction, qui pour Baudrillard se déploie dans le jeu, dans le défi et dans l'artifice ? Et jusqu'à quel point la séduction peut-elle être analysée à travers la distinction mascuclin/féminin ? Réponse aujourd'hui avec Thierry Hoquet dans les Nouveaux chemins de la connaissance.

Le texte du jour

« Le féminin n’est pas seulement séduction, il est aussi défi au masculin d’être le sexe, d’assumer le monopole du sexe et de la jouissance, défi d’aller au bout de son hégémonie et de l’exercer à mort. C’est sous la pression de ce défi, incessant à travers toute l’histoire sexuelle de notre culture, que la phallocratie s’effondre aujourd’hui, faute de pouvoir le relever. Il est possible que toute notre conception de la sexualité s’effondre en même temps, puisqu’elle s’est édifiée autour de la fonction phallique et de la définition positive du sexe. Toute forme positive s’accommode fort bien de sa forme négative, mais connaît le défi mortel de la forme réversible. Toute structure s’accommode de l’inversion ou de la subversion, mais non de la réversion de ses termes. Cette forme réversible est celle de la séduction.

Non pas celle où les femmes auraient été historiquement reléguées, culture de gynécée, fards et dentelle, séduction revue par le stade du miroir et de l’imaginaire de la femme, terrain de jeux et de ruses sexuelles (encore que là soit préservé, quand tous les autres disparaissaient, y compris celui de la politesse, le seul rituel du corps de la culture occidentale), mais la séduction comme forme ironique et alternative, qui brise la référence du sexe, espace non de désir, mais de jeu et de défi.

C’est ce qui transparaît dans le jeu le plus banal de la séduction : je me dérobe, tu ne me feras pas jouir, c’est moi qui te ferai jouer, et qui te déroberai ta jouissance. Jeu mouvant, dont il est faux de supposer qu’il n’est que stratégie sexuelle. Stratégie de déplacement bien plutôt (se-ducere : amener à l’écart, détourner de sa voie), de détournement de la vérité du sexe : jouer n’est pas jouir. Il y a là une sorte de souveraineté de la séduction, qui est une passion et un jeu de l’ordre du signe, et c’est elle qui l’emporte à long terme, parce que c’est un ordre réversible et indéterminé. »

Jean Baudrillard, De la séduction, Ed. Galilée, 1979, pp36-37

Extraits

-Archive : Baudrillard sur la distinction séduction/production : documentaire « Mots de passe » de Pierre Bourgeois et Leslie F. Grunberg copyright : les Films Pénélope ; Montparnasse Productions

- Séduction froide : émission « Toute une histoire », France 2, 01.04.2008

-Archive : interview d’un travesti, source :Antenne 2 , 06 nov. 1985

Lectures

- Jean Baudrillard, De la séduction, Ed. Galilée, 1979, pp36-37

- Jean Baudrillard, De la séduction, Editions Galilée, 1979, pp.54-55

Références musicales

- John Zorn, Jetrel

- Stevens, Movement III linear tableau with interscting

- The Velvet Underground & Nico, I'll be you mirror

- Marvin Gaye, Sexual Healing

Thierry Hoquet
Thierry Hoquet Crédits : MC - Radio France

Evénement : De la séduction, rencontre avec Vincent Delecroix le jeudi 13 octobre à 18h00 au Théâtre de l’Odéon

Chroniques

10H50
2 min

Deux minutes papillon

Entretiens de Maurice Merleau-Ponty avec Georges Charbonnier

Bibliographie

Intervenants
  • philosophe, professeur à l’Université Paris Nanterre
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......