LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Viens philosopher dans mon comic strip 1/4 : une philosophie de la BD

58 min

par Adèle Van Reeth

Réalisation: Assia Khalid

Lectures: Jade Herbulot

En partenariat avec le Hors-Série de Philosophie Magazine, N° 15 Spécial BD - La vie a- t-elle un sens ? .De l'absurde, de l'héroïsme - du mal - du destin - de l'amour - du rêve..

La bande dessinée n’est pas prise au sérieux, parce qu’elle est associée à un imaginaire enfantin, qu’elle s’exprime en bulles et en vignettes, et qu’elle a souvent pour vocation de nous faire sourire. Or l’interstice qui sépare les cases, ce blanc qui ne peut pas être comblé et qui semble narguer le reste de la page recouvert d’encre, nous met sur la piste : au-delà des images, en-deçà des dialogues, la bande dessinées nous donne à penser, dans un espace et un temps qui lui sont propres.

Comme la plupart des arts dits populaires, - les séries télés au premier chef-, la brièveté de la forme et sa dimension « accessible à tous » laisse penser que ce qui est dit sera médiocre, facile, et ne retiendra la pensée que de manière superficielle.

Or les strips, cette succession d’images qui tient en quelques vignettes sur une bande, ont la force et la verve d’un aphorisme, d’autant plus percutants qu’ils semblent tout dire avec la plus grande économie de moyens. Ils dévoilent la force d’une idée qui s’exprime en quelques dessins et qui a une fonction bien plus vaste que celle du divertissement. Certes, l’image est un dessin qui n’a ni la profondeur, ni la perspective d’un tableau, les textes sont le plus souvent minimalistes et les dialogues cèdent souvent le pas aux onomatopées, mais pensez au mouvement de l’œil qui semble suivre une flèche invisible le conduisant d’une image à l’autre, et qui crée ce tour de force de donner à voir du temps au sein d’un espace pourtant immobile. Pensez à ces personnages, du bonhomme épuré au super-héros sophistiqué, qui donnent à voir une humanité d’autant plus réelle qu’elle crée ses propres mythes, c'est-à-dire ces détours nécessaires par une abstraction symbolique pour construire un sens dans un monde qui n’en pas a pas toujours. En bref, la bande-dessinée donne à penser, et c’est en ce sens qu’elle a droit de cité chez les philosophes.

Pour nous en parler aujourd’hui, nous recevons Tristan Garcia qui vient nous proposer les outils pour penser adéquatement l’assemblage enfantin des vignettes et des bulles en strip et en planche.

Tristan Garcia
Tristan Garcia Crédits : MC - Radio France

Références musicales:

-Comic Strip par les choeurs d'enfants Sotto Voce

-Tintin de Ray Parker

  • Flash Gordon de Queen

Les archives:

"Le bon plaisir de Jean Giraud" (1992)

  • Extrait d'un entretien aveec Alain Finkielkraut

  • Extrait d'un entretien avec Edgar P.Jacobs

"Blake et Mortimer" (1962)

Lecture:

A la recherche du temps perdu de Marcel Proust, lu par André Dussolier (éditions Thélème)

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......