LE DIRECT
Le philosophe Vladimir Jankélévitch lors d'un cours à la Sorbonne dans les années 70
Épisode 1 :

Le temps, ce Je-ne-sais-quoi et ce Presque-rien

51 min
À retrouver dans l'émission

Une semaine consacrée au philosophe Vladimir Jankélévitch. Première partie avec la philosophe Cynthia Fleury pour parler du temps.

Vladimir Jankélévitch le 12 décembre 1981 sur un plateau de télévision.
Vladimir Jankélévitch le 12 décembre 1981 sur un plateau de télévision. Crédits : Philippe Wojazer - AFP

Cynthia Fleury est l'invitée des Chemins pour présenter la notion de temps dans la pensée de Vladimir Jankélévitch.

[Pour Jankélévitch], le temps est tout sauf une mécanique, le temps est tout sauf une machine, le temps est tout sauf une horloge. Ce n'est pas quelque chose que l'on remonte ou que l'on démonte. Il le dit [...] : le temps est toujours à l'endroit. Cynthia Fleury

Cynthia Fleury et Adèle Van Reeth
Cynthia Fleury et Adèle Van Reeth Crédits : Antoine Ravon - Radio France

Le temps est le lieu où se joue mon intériorité, le lieu où se joue mon chemin de liberté. Cynthia Fleury

Jankélévitch, c'est le philosophe de l'imprescriptible. L'imprescriptible c'est précisément ce que le temps ne doit pas effacer. Jankélévitch nous dit que le temps émousse tout, fait disparaître et pourtant il y a quelque chose qu'il ne faudra pas faire disparaître et c'est là où se joue la liberté de l'homme. La liberté de l'homme sera de ne pas faire disparaître l'imprescriptible,qui fait bien évidemment référence aux crimes contre l’humanité. C'est un texte écrit après Auschwitz, qui explique que le pardon est mort dans les camps de la mort, et qui explique surtout que là où le temps d'une certaine manière peut faire croire à une disparition - parce qu'il y a ce caractère cyclique, l'herbe repousse à Auschwitz, le soleil luit de nouveau sur Auschwitz, alors que d'une certaine manière il ne faudrait pas que le soleil réapparaisse là. Précisément, qu'est-ce-qui va faire qu'on va sauver le caractère parfois amoral du temps, c'est la liberté de l'homme qui va se souvenir. Cynthia Fleury

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Olivier Guérin

Lectures : Georges Claisse

Extraits

-"La machine à explorer le temps", film de George Pal (1960) commentaire du film par Jankélévitch dans l'émission «  L'avenir du futur » du 10/03/1975

-Radioscopie avec Jankélévitch de Jacques Chancel du 08/10/1979 : le temps est une "évidence inévidente"

-Italiques de Marc Gilbert du 06/09/1974 : le temps est irréversible, ce qui entraîne de la nostalgie

-Entretiens de Jankélévitch avec Françoise Reiss du 30/12/1971 : le courage est l'affrontement de l'instant et est commencement

Musiques et chansons

-Fauré, Pavane en fa dièse

-Ravel, Daphnis et Chloé

-Sondheim, Les femmes et la mort

-Debussy, Etude pour les huit doigts

-Alain Bashung, Avec le temps

-Brassens et Moustache, Le temps passé

Lectures

-Le Je-ne-sais-quoi et Le Presque-rien , volume 2 (1957), p. 93 : le temps n'est pas un objet

-L'irréversible et la nostalgie  (1974), p. 346 : la nostalgie est une mélancolie humaine

-L'irréversible et la nostalgie  (1974), p. 241 : le courage

Sérendipité
Sérendipité Crédits : Radio France
Intervenants
  • Philosophe et psychanalyste, professeure au Conservatoire National des Arts et Métiers, professeure associée à l'Ecole des Mines de Paris et directrice de la chaire de philosophie à l'hôpital Ste-Anne
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......