LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'éviction londonienne d'Uber obligerait l'entreprise, qui y revendique 40.000 chauffeurs, à faire une croix sur l'un de ses plus gros marchés.

Alstom, Uber et les robots

3 min
À retrouver dans l'émission

La fusion entre Alstom et Siemens inquiète les 10.000 salariés français du groupe. En revanche, en France, le recours aux robots industriels pousse la majorité des PME (petites et moyennes entreprises) à embaucher.

L'éviction londonienne d'Uber obligerait l'entreprise, qui y revendique 40.000 chauffeurs, à faire une croix sur l'un de ses plus gros marchés.
L'éviction londonienne d'Uber obligerait l'entreprise, qui y revendique 40.000 chauffeurs, à faire une croix sur l'un de ses plus gros marchés. Crédits : Ricardo Moraes - Reuters

Le deal du jour

C’est la fusion entre le français Alstom et son riva, l’allemand Siemens. L’économiste Elie Cohen y voit “un dernier clou sur le cercueil du capitalisme français”. De part et d’autre du Rhin, on se réjouit de la création d’un “champion européen” pour faire face à la concurrence chinoise, mais le nouvel Alstom sera piloté par l’actionnaire allemand. D'où une certaine inquiétude de la part des salariés français.

Le fait du jour

Du jamais vu. Près de 300.000 robots industriels ont été vendus dans le monde en 2016. Si la France est un peu à la traîne, le plan Robotique a permis de lancer une certaine dynamique… Les chefs d’entreprises se rendent compte des gains de productivité réalisés. Leur chiffre d’affaires progresse, cela les incite à embaucher… On retrouve la théorie schumpéterienne de l'innovation…

L'histoire du jour

Le géant du VTC (voitures de transport avec chauffeurs) se bat pour pouvoir continuer à exercer son activité à Londres. L’enjeu est crucial pour Uber : la société négocie un investissement de plus de 10 milliards de dollars par le fonds SoftBank Vision, alors qu'une entrée en bourse est prévue d’ici 18 à 36 mois. Or Uber accuse de lourdes pertes. Le groupe a encore perdu plus de 600 millions de dollars au deuxième trimestre. Mais au Royaume-Uni, l'entreprise est bénéficiaire. Et a même doublé ses profits en 2015.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......