LE DIRECT
Photographie de Proudhon par Reutlinger

Des nouvelles de Pierre-Joseph Proudhon

3 min
À retrouver dans l'émission

La réflexion proudhonienne peut nous inspirer sur la nécessité de repenser notre contrat social.

Photographie de Proudhon par Reutlinger
Photographie de Proudhon par Reutlinger Crédits : Getty

Que ce soit sur le plan économique ou politique, le projet de fédéralisme développé par Proudhon résonne aujourd’hui avec les aspirations à plus d’autonomie et de justice sociale, entendues ces derniers jours chez les Gilets Jaunes.

En réalité ce mouvement, né ces dernières semaines sur une contestation des politiques économiques et sociales néolibérales mises en œuvre depuis trente ans, entend désormais se saisir de ce terrain d’expression qui lui manquait pour formuler un certain nombre de revendications.

On a notamment beaucoup parlé de la question du référendum d’initiative citoyenne. Une demande largement relayée par les médias tant le fait de se fier au jugement du peuple peut sembler pour certains effrayant. Mais cette mesure n’est en réalité qu’un détail dans la demande de ces citoyens à voir leur parole entendue et prise en compte.

Comment ne pas s’interroger en effet devant ces institutions politiques, héritées d’un monde fini, qui ne donnent la parole à leurs membres qu’une fois tous les cinq ans pour exprimer une sanction ferme et définitive.

Comment ne pas entendre ces appels à sortir d’une démocratie intermittente et conflictuelle, sans voir des pistes et des indices dans les travaux de Proudhon.

On pense ainsi au fédéralisme porté par Proudhon, qui entend offrir aux citoyens la possibilité de s'exprimer dans la multiplicité de leurs choix.Pierre-Joseph Proudhon entend, avec ce système politique, remettre en cause le centralisme qui sclérose l’économie et la démocratie françaises. Une critique qui n’a, semble-t-il rien perdu de sa pertinence quand on voit l’irrépressible besoin de démocratie, et de participation au débat public, qui s’exprime aujourd’hui.

Ainsi, selon Proudhon, le principe national lui-même, est la source d’une centralisation, fermée, hostile et encline à la guerre. L’établissement d’une vaste confédération doit donc permettre de faire coopérer les individus vers des intérêts convergents.

Si on peine aujourd’hui à imaginer les formes d’une organisation par-delà l'État-Nation, la réflexion proudhonienne peut néanmoins nous inspirer sur la nécessité de repenser notre contrat social.

On pourrait ainsi s’inspirer des travaux du penseur français pour réfléchir à des formes de représentation renouvelées. Là où Proudhon propose une chambre des régions et des professions - l’équivalent d’une fusion de notre Sénat et du CESE- on pourrait aujourd’hui imaginer la fusion de ces institutions avec, par exemple, une part de citoyens tirés au sort.

Pour autant cette actualité de la pensée de Proudhon ne se limite pas aux questions démocratiques. On perçoit également cette nécessité d’une refonte démocratique et participative au sein de l’entreprise. Dès les années 1830, certains militent ainsi pour faire descendre la République dans l’atelier. Proudhon lui-même se fait le penseur du mutuellisme, avant d’intégrer cette organisation économique -des travailleurs possédant eux-mêmes terre et machine- dans la logique plus large du fédéralisme. Ce sont même ces rapports entre coopératives qui construisent et donnent corps à la théorie du fédéralisme.

Aujourd’hui encore, la nécessité de repenser l’entreprise se fait jour dans les discours et les revendications d’un certain nombre de travailleurs. L’entreprise comme unité verticale et despotique, participe en outre d’un capitalisme qui détruit la planète et accroît les inégalités.

Repenser l’organisation de l’entreprise, c’est donc aussi repenser le système dans lequel elle s’insère. Une aspiration d’autant plus forte que nombre d’intellectuels et de théoriciens du travail développent aujourd’hui l’idée selon laquelle une entreprise pensée et administrée par ses membres -une SCOP par exemple- est non seulement source de bien-être pour les travailleurs mais offre aussi une véritable viabilité de long terme.Q

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......