LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le président Jaïr Bolsonaro et le roi Salmane ben Abdulaziz aujourd'hui à Ryad

Le Brésil, futur troisième producteur de l'OPEP ?

5 min
À retrouver dans l'émission

Le Brésil pourrait adhérer à l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole. La proposition saoudienne pour l'instant informelle a reçu une réponse favorable du président Bolsonaro. Si c’était le cas, il serait le troisième producteur du groupe ; mais cette adhésion lui bénéficierait-elle ?

Le président Jaïr Bolsonaro et le roi Salmane ben Abdulaziz aujourd'hui à Ryad
Le président Jaïr Bolsonaro et le roi Salmane ben Abdulaziz aujourd'hui à Ryad Crédits : Saudi Press Agency (SPA) - AFP

Les propos du président brésilien Bolsonaro qui déclarait hier souhaiter « personnellement que le Brésil devienne un membre de l’OPEP » répondaient à une invitation informelle faite mercredi par l’Arabie Saoudite à rejoindre l’organisation qui compte pour 35 % de la production mondiale. 

Ce rapprochement reflète la place prise par le Brésil sur les marchés pétroliers internationaux. Avec actuellement plus de 3,1 millions de Bpj produits il serait effectivement le trosième producteur de l'OPEP. L'organisation dominée par l'Arabie Saoudite produit déjà plus de 30millions de de Bpj, plus que les production des Etats-Unis et de la Russie réunies. 

Si le Brésil adhérait à l'organisation, Ryad qui a réussi à maintenir depuis 3 ans un accord sur la limitation de la production, trouverait un partenaire de plus pour peser sur le cours mondiaux. Pour Brasilia cependant, accepter une auto-limitation de sa production alors qu'elle est en phase d'expansion est moins évident.

Reste donc pour le président Bolsonaro à convaincre son gouvernement et les compagnies pétrolières brésiliennes, dont la plus importante Petrobras qui a renoué cette année avec les bénéfices. Ce ne sera pas la chose la plus facile : La compagnie nationale Petroleo Brasileira SA avait déjà rejeté l’idée d’une adhésion à l’OPEP. 

De plus le Brésil s’apprête à lancer de nouvelles enchères pour l'exploitation de ses champs pétrolifères offshore le 6 novembre. Une limitation de la production dans l'avenir pourrait détourner les potentiels acheteurs de ces réserves estimées à 8-12 milliards de barils : interrogé hier par Reuters pour savoir si le prix demandé était trop élevé, le PDG de Repsol Sinopec Brasil répondait laconique : « Nous ne participons pas aux enchères ce qui devrait vous donner la réponse ».

Intervenants
  • chercheur associé à l'OCP Policy Center (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS, spécialiste des problématiques énergétiques
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......