LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Les entrepreneurs contre le CO2" : manifestation vendredi 20 septembre devant le Ministère des Finances à Berlin

Sommet de l'ONU sur le climat : quelles chances pour une taxe carbone ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Avec 60 chefs d'Etats seulement à la réunion de l'ONU sur le climat, le front de l'Accord de Paris est dégarni. Symptôme selon un dernier rapport de l'OCDE : une taxe carbone devenue "l'arlésienne" des politiques climatiques. Pourtant la pression est forte pour inciter à rendre le CO2 plus coûteux.

"Les entrepreneurs contre le CO2" : manifestation vendredi 20 septembre devant le Ministère des Finances à Berlin
"Les entrepreneurs contre le CO2" : manifestation vendredi 20 septembre devant le Ministère des Finances à Berlin Crédits : Axel Schmidt - AFP

Deux dirigeants ont prévu de défendre leur taxe carbone à la tribune de l’ONU : le Premier Ministre canadien en campagne Justin Trudeau et l’irlandais Léo Varadkar qui plaidera pour une taxe redistributive. 

Ces taxes – principalement sur les carburants – doivent servir à respecter les objectifs d’émission carbone (variables selon les pays, à l'horizon 2030). Elles sont déjà appliquées de manière variable par des pays de l'Union Européenne mais reste « l’arlésienne » pour la plupart des 44 pays cités dans un rapport de l’OCDE la semaine dernière, qui les juge « trop faibles pour favoriser l’essor des solutions bas carbone ». 

Pour l’OCDE, seuls 4 pays : le Danemark, la Norvège, les Pays-Bas et la Suisse appliquent un prix de 30 euros la tonne de CO2, estimé comme référence de départ pour enclencher une économie de réduction de l'empreinte carbone. Depuis cette année son Directeur Général Angel Gurria presse les gouvernements de décider des politiques plus efficaces.

En France, un rapport de la Cour des comptes recommandait aussi la semaine dernière de réinstaurer une taxe carbone. Les recommandations du Conseil des prélèvements obligatoires sont proches de celle de l’OCDE : supprimer les exemptions au secteur routier et au bâtiment, taxer plus fort les secteurs qui polluent le plus et mettre en place des compensations pour les ménages les plus lésés par les nouvelles taxes sur l'énergie ou les carburants. 

La mesure reste politiquement délicate. Elle est aussi débattue au sein de la coalition en Allemagne, où le plan Climat présenté par Angela Merkel comprend 100 milliards d'euros de financement, sans taxe carbone.

Accord inédit entre la Norvège et le Gabon sur un coût du carbone 

C'est « une récompense » a dit Lee White, le Ministre des Forêts du Gabon où 80 % de la production de C02 est liée à l’exploitation forestière. L'accord inédit annoncé hier que la Norvège soutienne les efforts anti-déforestation du Gabon en lui payant un dédommagement proportionnel au CO2 non produit par rapport à 2005-2014, à un prix fixe de 10 $ la tonne.  

Ce dispositif est plafonné à un montant maximum de 150 millions de dollars sur 10 ans : aide à la transition climatique conditionnée, ou modèle de futurs accords ? 

Etats-Unis : un accord commercial se rapproche, un autre s’éloigne

"Je ne pense pas avoir besoin (d'un accord) avant l'élection américaine", a déclaré samedi Donald Trump alors qu’il recevait le Premier Ministre australien Scott Morrisson. Le Président américain a répété qu’il voulait un « accord complet » (avec propriété intellectuelle) et a voulu rassurer quant aux performances de l’économie américaine. Au lendemain de nouvelles discussions entre Washington et Pékin, Donald Trump ne veut pas se montrer pressé.  

Avec le Royaume-Uni au contraire, les rumeurs d’un accord commercial prochain continuent de filtrer : le Sun cite aujourd'hui une source gouvernementale confiante qui assure qu'il s'agira d' « une belle victoire pour nous et Trump tient également à en parler aux Etats-Unis ».

France : 2 compagnies aériennes désormais en sursis et un ballet de repreneurs…  

Après Aigle Azur, tournée vers l’Algérie, c'est XL Airways spécialisée ds les vols vers les Antilles et la Réunion, qui vient d'annoncer vendredi sa demande de placement en redressement judiciaire. L'avenir des deux est examiné par la justice aujourd'hui.

Pour Aigle Azur, le tribunal de Commerce d’Evry examine les quatre offres encore valides, sachant qu’aucune ne prévoit de reprendre la totalité des 1150 emplois et 11 avions d’Aigle Azur en faillite. Deux prévoient un refinancement d’environ 30 M d’euros. 

Les fonds nécessaires seraient de 35 millions d'euros XL Airways et ses 600 emplois selon son PDG Laurent Magnin, dont la demande est examinée au Tribunal de Bobigny aujourd’hui. Il aurait sollicité l’aide d’Air France, qui avait retiré son offre pour Aigle Azur.

Intervenants
  • Economiste de l’incertain et directeur de l’Ecole d’économie de Toulouse
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......