LE DIRECT
Visé par l'enquête de la Commission Européenne, la joint-venture Boeing-Embraer supprimera de fait l'autonomie du troisième constructeur mondial qui sera détenu à 80 % par Boeing

Boeing - Airbus : la guerre juridique aura-t-elle lieu ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Une "enquête approfondie" sur le rapprochement entre Boeing et le brésilien Embraer : c'est ce qu'a décidé la Commission Européenne vendredi. Une semaine après la victoire américaine devant l’OMC et l’imposition de taxes à 10 % sur les avions d'Airbus, se dirige-t-on vers une guerrilla juridique ?

Visé par l'enquête de la Commission Européenne, la joint-venture Boeing-Embraer supprimera de fait l'autonomie du troisième constructeur mondial qui sera détenu à 80 % par Boeing
Visé par l'enquête de la Commission Européenne, la joint-venture Boeing-Embraer supprimera de fait l'autonomie du troisième constructeur mondial qui sera détenu à 80 % par Boeing Crédits : Eric Piermont - AFP

Alors que l’Union Européenne attend l’autorisation éventuelle de l’OMC de répliquer aux taxes américaines en 2020, elle a lancé vendredi une enquête sur la co-entreprise que Boeing met en place avec Embraer. Cette entreprise qui reprendrait la partie civile de l'avionneur brésilien serait détenue à 80 % par Boeing. La Commission « craint que l’opération envisagée ne supprime le troisième plus grand constructeur mondial ». Boeing veut se montrer coopératif mais déjà le rapprochement prévu pour la fin de l’année a été repoussé à 2020. 

Dans le contexte de l'offensive américaine et des nouvelles taxes de 10 % sur les appareils d'Airbus, l'enquête de l'UE sur Boeing sonne comme un avertissement de la part de la Commission, même si la procédure est antérieure à la décision de l'OMC. Du côté d'Airbus, la prise de contrôle du constructeur canadien Bombardier s'était faite non sans controverse au Canada mais n'est pour l'instant l'objet d'une enquête.  

Selon Marc-Daniel Seiffet, il y a peu de chances que le match Boeing – Airbus ne dégénère en guerre juridique. Les chaînes de production sont d'ailleurs trop étroitement internationalisées pour se permettre une véritable crise de production. Le Président d'Airbus Guillaume Faury avait mis en garde mercredi dernier contre les conséquences néfastes d'une guerre commerciale des deux côtés, « 40 % des approvisionnements d'Airbus provenant des fournisseurs américains ».

Les déboires du 737 MAX après deux crash feront sans doute plus de mal à Boeing qui s’enfonce dans la toile des procédures juridiques lancées contre lui. La dernière vient d'être intentée hier par des pilotes de la Compagnie américaine Southwest Airlines, principale utilisatrice de ces appareils. Ils lui reproche d'avoir tenté de « tromper délibérément » ses clients, c'est-à-dire de n’avoir pas donné toutes les informations nécessaires à leur sécurité. 

Il s'agit de la deuxième procédure émanent d'un client de Boeing et c'est la deuxième fois que la sincérité du constructeur américain est mise en doute devant la justice. 

Intervenants
  • Enseignant chercheur en science de gestion à l’Université de Reims Champagne Ardenne
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......