LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un lingot de Palladium

L'or doublé par le Palladium

3 min
À retrouver dans l'émission

Plébiscité par les banques centrales et les industriels, l'or vient pourtant de se faire doubler sur les marchés par un autre métal précieux : le palladium. Une percée fugace pour un métal toujours relégué à l'ombre du métal jaune.

Un lingot de Palladium
Un lingot de Palladium Crédits : Getty

Profitant du cours historiquement bas de l’or, de nombreuses autorités centrales se sont empressées de remplir leur coffre de lingots et de pépites dorées. En première ligne, les institutions de pays émergents qui de l’Inde aux Philippines, en passant par l’Egypte ont acheté de l’or pour la première fois depuis des années.

Pourtant ces achats font pâle figure face à la Russie et à la Turquie qui, à eux-seuls, ont concentré plus de 80% des achats du métal précieux au cours de l’année passée. Il faut dire que ces pays cherchent à diversifier leurs réserves de change et à réduire leur dépendance vis à vis du dollar.

Avec un président américain imprévisible et instable, dans ses paroles comme dans ses décisions, l’objectif serait ainsi de troquer ses billets verts contre des lingots d’or. Néanmoins la majorité de l’or est aujourd’hui détenue par des institutions occidentales, avec près de la moitié du stock mondial détenue par des banques européennes et américaines.

Mais les banques ne sont pas les seules à réclamer de l’or.Et si elle continue de représenter une part très faible de la demande mondiale, c’est l’industrie qui s’avère de plus en plus gourmande en or.

Il faut dire qu’on en trouve à peu près partout : dans les voitures, les télévisions, les téléphones portables et les appareils médicaux. L’or, excellent conducteur, est ainsi une pièce maîtresse des composants électroniques, capteurs et autres mémoires flash. Avec l’augmentation des capacités de stockage de nos téléphones, ordinateurs et autres objets connectés, la consommation en or de l’industrie a considérablement augmenté ces dernières années.

Et ce n’est qu’un début. Selon les spécialistes, l’arrivée de la 5G aux Etats-Unis, en Chine et au Japon cette année, ainsi que la demande croissante de cartes graphiques pour miner les crypto-monnaies et le développement de l’intelligence artificielle utilisant le big data, toutes ces évolutions devraient faire exploser la demande en particules d’or dans les années à venir.

Pourtant, malgré ces performances, l’or vient de se faire ravir la vedette par un autre métal précieux... Il y a deux jours, l’or s’est fait voler la première place par.. le palladium. Le quatrième des métaux considérés comme précieux, au côté de l’or, du platine et de l’argent. Délaissé depuis des années par la bijouterie, le palladium, est néanmoins utilisé à des fins plus prosaïques : il tapisse les catalyseurs des voitures à essence, pour en filtrer les émissions polluantes.

Or les moteurs à essence ont connu ces dernières années un regain de popularité suite aux révélations concernant la pollution aux particules fines de leurs concurrents diesel. Un scandale encore amplifié par le « dieselgate » qui a vu les principaux constructeurs automobiles mentir sur l’efficacité de leurs filtres à particules et renforce encore l’attrait de la voiture à essence.

Le problème c’est que l’offre de palladium ne suit pas. Assurée à plus de 40% par la Russie, la production du métal platinoïde peine à répondre à cette explosion de la demande. Tous ces éléments ont permis au palladium de doubler l’or en atteignant la valeur vertigineuse de 1240 dollars l’once, une première depuis plus de quinze ans.

Mais cette prise de pouvoir n’a été que de courte durée. Quelques minutes à peine pour tenter de briller, face au maître métal toujours incontesté. Car nous avons compris après cette semaine, que l’or n’attire pas que pour son bel éclat. Il fascine et sidère, du far west américain au grand ouest africain. Et si le palladium tente de s’affirmer, l’or, serein, le rattrape et sur l’économie continue de régner. 

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......