LE DIRECT
Le Ministre de l'économie Bruno le Maire, mercredi 28 août, à la rencontre des entrepreneurs du Medef, en marge de laquelle il a annoncé le plan franco-allemand pour le numérique

Intelligence Artificielle : un plan franco-allemand pour un Airbus des données ?

4 min
À retrouver dans l'émission

C'est hier que Bruno le Maire a annoncé un futur plan franco-allemand pour développer les industries stockage de données et de l'intelligence artificielle en Europe. Avec son homologue allemand Peter Altmeier, ils avaient déjà annoncé en mai 5 à 6 milliards d'euros pour un "Airbus des batteries".

Le Ministre de l'économie Bruno le Maire, mercredi 28 août, à la rencontre des entrepreneurs du Medef, en marge de laquelle il a annoncé le plan franco-allemand pour le numérique
Le Ministre de l'économie Bruno le Maire, mercredi 28 août, à la rencontre des entrepreneurs du Medef, en marge de laquelle il a annoncé le plan franco-allemand pour le numérique Crédits : Eric Piermont - AFP

Tous deux présents hier à l'Université d'été du Medef, les ministres de l'économie français et allemands ont tous les deux plaidé la même cause : l'extension des projets de coopération industrielle européens au marché des données. 

Alors que Bruno le Maire annonçait un plan de financements franco-allemand pour « une filière européenne de stockage des données » et pour une accélération des projets dans l’intelligence artificielle, son homologue Peter Altmeier avançait l'idée d'une « infrastructure souveraine de données ». 

L'objectif affiché est de construire des entreprises numériques capables de rivaliser en termes de données avec Google ou Amazon aux USA, Baidu ou Tencent en Chine. La France et Allemagne ont déjà présenté leurs plans nationaux ces derniers mois. Dans le sien la France signait une feuille de routes avec 8 grandes entreprises identifiées comme "grands acteurs de l'Intelligence Artificielle". 

Un peu plus tôt le 2 mai, les deux pays avaient lancé le projet similaire dans le domaine de l'énergie d'un "Airbus des batteries", doté de 5 à 6 milliards d'euros de financements publics : "Etape majeure dans la longue histoire de notre industrie européenne" selon Bruno le Maire. 

L'impulsion franco-allemande pourra-t-elle donner l'occasion à un géant européen d'émerger? Le plan ne sera précisé que dans quelques mois et pour le moment, la totalité des financements annoncés par chacun des deux pays au plan national est de 4,5 milliards d'euros. En comparaison, la capitalisation boursière de Microsoft est de 1052 milliards de dollars, celle du chinois Baidu de 61 milliards.

En attendant, au Medef comme sur la scène diplomatique, il s'agit de convaincre les milieux industriels et européens. En février dernier, les deux Ministres de l'économie avaient publié un "Manifeste franco-allemand pour une politique industrielle européenne adaptée au XXIème siècle"    

Outre la prééminence des industries américaines, la puissance de l'industrie chinoise de pointe et ses capacités de rachat en Europe inquiète aussi les européens. La question est économique puisqu'il s'agit d'éviter ou de limiter le déclassement face aux grands acteurs mondiaux ; elle est aussi stratégique pour éviter des rachats traumatisants, comme c'est le cas pour le spécialiste allemand des robots Kuka par le chinois Midea en 2016. 

Un des écueils les plus importants sera peut-être l'aspect juridique, puisque pour créer aisément des géants industriels, il faudrait réviser un règlement européen sur la concurrence de 2004 : celui qui avait empêché au début de l'année la fusion Alstom-Siemens, lui aussi présenté comme un "Airbus du rail".

Boeing : des accusations de malfaçon et dissimulation après les accidents de son 737 MAX ?

Le Financial Times le relatait cette semaine : une compagnie de leasing aérien russe a déposé plainte contre le constructeur américain. Deux de ses avions 737 MAX s’étaient écrasés après le décollage en octobre et mars derniers à cause d’un problème informatique. 

Dès juillet le Constructeur avait annoncé un fond de 100 millions de dollars pour les proches des 346 victimes mais l’accusation de cette fois-ci pourrait coûter plus cher au constructeur. La compagnie russe qui déplore que ses 35 exemplaires du 737 MAX soient cloués au sol depuis le mois de mars accuse aussi Boeing de rétention d’informations critiques et d’avoir « intentionnellement » omis d’informer ses clients sur des éléments liés à la sécurité des appareils. 

Pour contrer la Chine en Afrique, Tokyo vante ses prêts « de qualité »

"Qualité", "abordable", "durable" : sont les mots rassurants prononcés par le premier ministre japonais Shinzo Abe lors de la 7ème TICAD à Yokohama Conférence internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique. 

Cette réunion en présence de chefs d’Etats du Continent est l'équivalent japonais des Forum sur la coopération sino-africaine ou des Sommets du forum Inde-Afrique. Tokyo, 3ème économie mondiale n'est que le 7ème partenaire du continent africain et cherche à diversifier ses investissements.  Au passage, en ventant les prêts nippons « de qualité », Shinzo Abe tente de jouer sur la réputation sulfureuse des prêts chinois massifs et déjà critiqués par les américains et les européens. 

Cette année, Pékin avait annoncé 60 milliards de dollars d'investissements pour l'Afrique cette année ; au dernier TICAD le montant annoncé par le Japon était de 30 milliards de dollars.

Intervenants
  • Economiste, directeur du CEPII et directeur de recherches à l’INRAE
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......