LE DIRECT
.

"Qu'ils mangent de la fausse viande hachée !"

3 min
À retrouver dans l'émission

L'affaire des faux steaks hachés nous interroge sur les responsabilités de l'entreprise incriminée et celles de l'Etat. Elle nous parle surtout d’un monde où le bon steak de boeuf serait réservé aux plus riches, quand le reste de la population devrait se contenter d’une alimentation au rabais.

.
. Crédits : Getty

Nous apprenions en fin de semaine dernière que 780 tonnes de steak haché surgelé avaient été livrées à des associations caritatives pour être distribuées aux plus démunis de notre société. Le problème c’est que de viande il n’était point question : en lieu et place du muscle de vache, on retrouvait pèle-mêle : peau, gras, amidon et soja. Rien qui ait l’apparence, la texture où le goût d’une pièce de boucher. 

Ce qui n’avait donc de steak que le nom a commencé à être distribué au mois de juillet dernier. Des centaines de milliers d’unités de mixture hachée, livrées à la Croix Rouge, aux Restos du cœur ou au Secours populaire français. Il a fallu attendre le mois de mars de cette année pour que les autorités sanitaires soient enfin alertées.

Après plusieurs mois d’enquête, la Direction des fraudes a finalement tranché, dénonçant une tromperie organisée. Dans le même mouvement, un coupable a été trouvé : il s’agit de l’entreprise qui, au cours des mois passés, a écoulé ses produits auprès d’associations d’aide aux moins favorisés.

L’entreprise bretonne se serait ainsi fournie en Pologne, faisant peu de cas de la composition des steaks qu’elle revendait ensuite. Mais ce que montre un article du journal Marianne, c’est que l’entreprise, sise dans les Côtes d’Armor, est loin d’être la seule fautive. Ainsi, les 780 tonnes de « faux steaks hachés » ont en réalité été commandées par un organisme public, rattaché au Ministère de l’agriculture, appelé France AgriMer. 

C’est non seulement cette institution qui a signé le chèque d’un montant de 5,2 millions d’euros, mais c’est surtout elle qui a rédigé le cahier des charges pour l’appel d’offres. Or, comme le rapporte Marianne, celui-ci ne mentionne qu’un seul critère d’achat : à savoir le prix du produit. Pour un peu plus de cinq millions d’euros, France AgriMer comptait ainsi recevoir 1 500 tonnes de steak haché, soit 3,5 euros le kilo de viande. Presque 50% moins cher que les prix du marché.

Mais outre que des prix aussi faibles auraient normalement dû alerter les autorités, ce qui est saisissant c’est qu’aucun autre critère n’ait été mobilisé : rien sur l’odeur, rien non plus sur la saveur, ni encore l’aspect des steaks hachés. En clair, qu’importe la qualité des produits distribués, tant que cela ne coûte pas trop cher à la communauté. Une logique d’un cynisme incroyable, surtout quand on sait que les steaks étaient destinés à des associations d’aide aux plus démunis. 

Mais comment se fait-il que des signalements n’aient pas été effectués plus tôt ? C’est justement sur cette épineuse question que s'est penché le journal Marianne pour tenter d’expliquer la survenue de tels dysfonctionnements. Il faut dire que France AgriMer est normalement chargé de mener des contrôles en amont et en aval afin d’éviter ce type de situation. 

Or justement, l’organisme public avait déjà été épinglé en 2017 par la Direction générale de la cohésion sociale, pointant l’absence de transparence dans la passation des marchés publics et provoquant l’arrêt des financements européens. Deux ans plus tard, il semblerait que l’agence soit toujours en proie à ces vicissitudes.  

Dès le début de l’année, des bénévoles et des équipes avaient pourtant signalé la présence de moisissures sur les steaks, entraînant une vérification de la composition des produits. Mais alors le laboratoire sollicité par les pouvoirs publics avait conclu à une conformité générale des produits : composition, origine animale, taux de protéine… aucun problème n’avait, semble-t-il, été détecté. 

Une histoire somme toute assez anecdotique, d’un pouvoir peu regardant et d’un commerçant peu scrupuleux. Mais cette nouvelle affaire de viande falsifiée nous interroge en réalité sur ce que pourrait être l’avenir de l’alimentation dans un contexte d’augmentation de la population et de raréfaction des ressources. Un exemple de cynisme mêlé d’hypocrisie, qui nous parle surtout d’un monde où le bon steak de bœuf serait réservé aux plus riches, quand le reste de la population devrait se contenter d’une alimentation au rabais. 

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......