LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

Grandeur et décadence du projet Europacity

3 min
À retrouver dans l'émission

Le projet Europacity, développé au Nord de la capitale, prolonge un modèle de développement de nos territoires, fondé sur l'artificialisation des sols et l'étalement urbain, qui montre chaque jour un peu plus ses limites en termes d'écologie, de justice sociale et même d'emploi.

.
. Crédits : AFP

C’est à quelques kilomètres de la capitale et à deux pas de l’aéroport Charles de Gaulle qu’une filiale d’Auchan, associée à un géant chinois de l’immobilier, a décidé de construire l’un des plus grands centres de commerce et d’amusement au monde. Plus de quatre-vingts hectares où se mêleront joyeusement hyperconsommation et divertissement de grande ampleur. 

Le projet prévoit ainsi l’érection d’un parc à thème, de plusieurs salles de spectacle, d’un palais des congrès et d’un cirque, d’une piste de ski intérieure, de 230 000 m² de boutiques et… d’une ferme urbaine. Plus de 3 milliards d’euros d’investissement pour la création d’une oasis de plastique et de béton, temple des loisirs et de la consommation.

C’est en tout cas ce que prévoyait le projet initial, car il semblerait que les ambitieux promoteurs aient été obligés de reculer et d’amender leur projet. La société Alliages et Territoires, qui pilote l’aménagement, aurait ainsi été forcée de revenir sur un certain nombre de points problématiques, notamment en matière de respect de l’environnement, pour obtenir l’agrément du gouvernement. 

On ne devrait donc plus être en mesure de dévaler des pistes de neige artificielle dans une commune qui culmine péniblement à 53 mètres d’altitude. Une timide avancée qui ne convainc pas les associations de défense de l’environnement, qui ont décidé de s’unir et de saisir le Tribunal administratif de Cergy Pontoise. La juridiction administrative a d’ailleurs décidé en mars dernier d’annuler l’arrêté du préfet du Val d’Oise autorisant la création de cette zone d’activité, au motif que l’étude d’impact était insuffisante sur plusieurs points et notamment en matière d’incidence environnementale. 

Il faut dire que le projet entraînerait un renchérissement spectaculaire des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation énergétique de la zone. Sans parler de l’artificialisation de près de quatre-vingts hectares de terres agricoles parmi les plus fertiles d’Europe. Le gouvernement a pourtant décidé de faire appel de l’annulation du Tribunal. Une décision pour le moins ironique quand on sait que, quelques années plus tôt, la France signait, à quelques kilomètres à peine, les accords de Paris, actant l’engagement de la France en matière de lutte contre le changement climatique... 

Mais au-delà de la dimension écologique et environnementale, c’est tout le projet qui pose question. Il faut dire qu’il s’insère de manière criante dans un mode de développement économique et urbanistique qui fut celui de la France pendant près de trente ans : celui de l’artificialisation des sols et de l’étalement urbain, pourtant au coeur de la colère actuelle des gilets jaunes, captifs de la voiture et de zones périurbaines sans fin.

C’est d’ailleurs un autre point de friction autour de ce projet, car il mettrait en péril jusqu’aux hypermarchés de la zone, ces mêmes hypermarchés qui ont pourtant contribué, par leur multiplication,  à la mort progressive des commerces de proximité. L’ouverture d’EuropaCity viendrait ainsi bousculer le fonctionnement des centres commerciaux environnant, qui peinent déjà à trouver leur clientèle et pourraient perdre jusqu’à 3000 emplois avec l’avènement de ce nouveau concurrent. De quoi porter un sérieux coup à la promesse des promoteurs de créer dix mille emplois avec ce projet. 

Mais au-delà de la stérile querelle de chiffre, ce projet pharaonique nous interroge surtout sur le type d’aménagement et de développement que nous voulons pour nos territoires. Alors qu’une gare du Grand Paris, payée par le contribuable, desservira expressément cette zone d’activité privée, on peut également s’interroger sur ce qui est porté par la puissance publique. 

Au-delà du coût écologique considérable d’une telle installation, on peut se demander si l’argent de l'État ne serait pas mieux dépensé dans une relance et des services publics et des commerces de proximité. Si au lieu de soutenir à bout de bras ce projet d’un siècle passé, le gouvernement ne pourrait pas plutôt s’engager pour la formation des populations à des métiers porteurs tels que la rénovation thermique, l’écoconstruction ou la mobilité durable. Regarder vers l’avenir plutôt que répéter les erreurs du passé.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......