LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

EDF : "Nationaliser les pertes pour privatiser les profits"

3 min
À retrouver dans l'émission

EDF entend nationaliser le secteur nucléaire pour privatiser les autres activités de l’électricien. Une évolution visant à satisfaire la Commission européenne, qui exige depuis des années, le démantèlement de notre service public de l'électricité au nom de la concurrence libre et non faussée.

.
. Crédits : AFP

La direction d’EDF a présenté il y a quelques jours le projet de réforme de aux syndicats par la direction de l’entreprise. Un projet qualifié de  "désintégration-privatisation" par les syndicats qui dénoncent la volonté de scinder l’entreprise en deux entités distinctes : EDF bleu et EDF vert. D’un côté, EDF bleu rassemblerait les activités nucléaires de l’entreprises, avec l’exploitation des dix neuf centrales, les EPR en cours de construction, les sites de production hydroélectriques et le Réseau de transport d’électricité détenu à 50,1% par le groupe.

De l’autre, EDF vert regrouperait la production d’énergies renouvelables, mais aussi, et peut-être surtout, la très rentable branche commerce, opérée par Enedis, qui fournit de l’électricité aux particuliers et aux entreprises. 

Or l’objectif d’EDF est de nationaliser la branche bleue pour ouvrir la branche verte aux aux investissements privés. Un démantèlement en bonne et due forme de l’électricien français qui n’a pas manqué de faire dire à certains que l’objectif de ce plan était de nationaliser les pertes pour privatiser les profits. Car le moins que l’on puisse dire c’est que la branche nucléaire de l’entreprise connaît, ces dernières années, de sérieuses déconvenues. 

En témoigne le nouveau revers subi par l’entreprise avec la construction de l’EPR de Flamanville. Après avoir préféré fermer les yeux sur les mises en garde de l’Autorité de sûreté nucléaire, l’électricien français a finalement dû admettre la nécessité de reprendre huit soudures sur son site nucléaire, repoussant encore la mise en service du site. Ainsi, le projet qui devait normalement durer 5 ans pour un budget total de 3,5 milliards d’euros, s’étend désormais depuis près de douze ans, avec un coût qui a presque quadruplé !

Mais si ces déboires industriels viennent encore ternir l’image d’une filiale qui devait être celle de l’excellence et de l’avenir, l’entreprise doit surtout faire face à une série de difficultés économiques qui ont fait exploser son endettement. 

Celui-ci atteignait ainsi plus de 33 milliards d’euros en 2018. Un chiffre qui devrait encore s’aggraver avec le mur d’investissements, de l’ordre de 100 milliards, qui attend l’entreprise pour mettre à jour son parc nucléaire d’ici à 2030. Mais EDF a également souffert de l’invraisemblable usine à gaz, déployée pour favoriser la mise en concurrence d’un secteur ultra dominé par l’historique électricien. 

C’est ainsi le gouvernement Fillon qui, en 2011, crée le mécanisme de l’Arenh, qui oblige EDF à tenir à disposition de ses concurrents une partie de sa production nucléaire à prix coûtant. Mais ces derniers peuvent se fournir sur le marché, lorsque les prix y sont moins élevés. Ce qu’ils n’ont donc pas manqué de faire entre 2015 et 2016 notamment, poussant EDF à brader sa propre production.

Comme nous l’expliquions dans une précédente chronique, ce mécanisme a également eu pour conséquence de renchérir le coût de l’électricité pour les Français. L’objectif étant de ne surtout pas pénaliser les acteurs du privé et de respecter, à tout prix, la sacro-sainte concurrence imposée par Bruxelles. Car c’est bien du côté de l’Union qu’il faut chercher une partie de l’explication à cette crise. 

C’est en effet la Commission européenne qui réclame, depuis des années, la fin du monopole de l’énergie en France. Et comme le rapporte le Monde, ce mécanisme de l’Arenh avait été créé en 2011 pour convaincre la Commission du fait que le marché français était bien ouvert. En échange, la France pouvait conserver, dans la même structure, la production de l’électricité et la fourniture aux particuliers. 

8 ans plus tard, il semblerait que cela ne suffise plus. Le démantèlement prévu de notre service public de l’énergie serait donc une nouvelle manière de convaincre la Commission de notre bonne volonté. En clair, une fois de plus, accepter de brader les biens stratégiques des Français, au nom de la défense d’une prétendue concurrence libre et non-faussée.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......