LE DIRECT
L'usine d'incinération Syctom d'Ivry/Paris XIII

Les illusions de l'incinération

4 min
À retrouver dans l'émission

Alors qu'une commission d'enquête vient de donner son feu vert à la reconstruction de l’incinérateur qui borde Paris, un certain nombre de citoyens se mobilisent contre le projet, estimant qu'une politique ambitieuse de réduction des déchets rendrait inutile la construction d'une telle installation.

L'usine d'incinération Syctom d'Ivry/Paris XIII
L'usine d'incinération Syctom d'Ivry/Paris XIII Crédits : LIONEL BONAVENTURE / AFP - AFP

Aux portes de la capitale, s’élève une cheminée dont s'échappent inlassablement de longues fumées blanche. Mais derrière ces élégantes volutes, qui s’envolent vers le ciel, se cache en réalité le plus gros incinérateur d’ordures d’Europe. Un titan de métal et de feu qui engloutit chaque année plus de 700 000 tonnes de déchets. 

Mis en service en 1969, à une époque où la technique et le progrès régnaient en maître sur nos modes de production, de consommation, mais aussi de gestion des déchets, le site arrive aujourd’hui en fin de vie et n’est plus capable de gérer une telle quantité de déchets. 

Selon l’agence Syctom, qui gère le site, l’exploitation de l’incinérateur pourrait se poursuivre jusqu’en 2023. Au delà, “son fonctionnement poserait de sérieuses difficultés et ne permettrait plus d’assurer le service public de traitement des déchets”. 

Un site en fin de vie

Il a donc été décidé de moderniser le site parisien.De prime abord, cela semble d’ailleurs assez naturel. Il faut bien faire quelque chose des milliers de tonnes de déchets produits, chaque année, par l’agglomération parisienne. Un projet magnifique a donc été dessiné, à grand renfort de modélisations 3D, reluisantes d’esthétique chromée pour que la nouvelle usine s’intègre parfaitement à son environnement. 

Ici point de mafia, ni de grand banditisme. Tout est géré avec force démocratie participative, enquête publique et avis environnementaux. Le projet de “modernisation du centre de valorisation énergétique”, selon les mots de ses concepteurs se veut la pointe de la modernité et se présente sous les atours de l’évidence du progrès.

En réalité, les premières consultations sur le devenir du site remontent au début des années 2000 et le problème, c’est qu’il semblerait que le projet soit resté bloqué à cette époque. Selon les opposants, la proposition des industriels et institutionnels ne prend absolument pas en compte les évolutions de la société sur la question du recyclage et les obligations de la loi en matière d’économie circulaire. 

Le plan BOM : baisse des ordures ménagères

Des associations ont pourtant proposé un plan alternatif. Il s’agit du plan BOM ou baisse des ordures ménagères. Pour les associations Zero Waste France et 3R, il faut en effet concentrer les efforts politiques et financiers vers une baisse drastique de nos déchets, plutôt que de continuer d’investir aveuglément dans des technologies d’arrière garde. En l’espèce, le coût d’investissement du projet s’élèverait à près d’1,2 milliards d’euros. 

Un argent qui pourrait être mis à profit afin de favoriser le changement des pratiques. Aujourd’hui, 75% du contenu de nos poubelles est envoyé à l’incinérateur alors qu’il est recyclable ou compostable. Le plan BOM repose donc sur trois leviers que sont la baisse du gaspillage alimentaire, la collecte séparée des biodéchets et le compostage domestique de proximité. Des villes comme San Francisco ont mené de telles politiques, ce qui leur a permis d’atteindre un recyclage de près de 80% des déchets !

Les associations expliquent qu’avec une telle politique, le nouvel incinérateur ne serait tout simplement pas nécessaire. Les ordures résiduelles pourraient être prises en charge par les incinérateurs existants, situés à Issy les Moulineaux ou à Saint Ouen. 

Dernier argument en faveur du plan : il serait bien plus riche en emplois. Jusqu’à 61% de plus que le projet d’incinérateur à l’horizon 2030. 

Feu vert au projet, feu vert au progrès

Mais ce plan n’a absolument pas été pris en compte par les concepteurs du projet. L’enquête publique, menée entre mai et juin dernier, a donné il y a quelques jours un avis favorable au projet de Syctom, estimant que le projet n’est pas surdimensionné “compte tenu des pratiques constatées et des prévisions en matière de tri des déchets”, je cite. 

Une décision pour le moins surprenante du point de vue des associations opposées au projet, qui s’étonnent que le rapport ne fasse aucune mention de leur contribution et passe totalement sous silence les objectifs de la loi de transition énergétique qui entend porter le recyclage des ordures ménagères à 65% d’ici 2025. Le projet Syctom table quant à lui sur 28% de recyclage seulement. 

Dernier angle mort de ce rapport : l’inquiétude des riverains quant aux risques de pollution liés à ces activités. L’incinération produit en effet une série de déchets, tels que le mâchefer ou les résidus d’épuration, qui doivent ensuite être envoyés en décharges pour produits dangereux. Et les belles fumées blanches, qui rejoignent l’atmosphère contiennent en leur sein plus de 2000 molécules, dont une vingtaine seulement sont aujourd’hui réglementées.

Mais cela ne semble pas inquiéter outre mesure la commission d’enquête qui vient d’accorder le permis de construire pour le nouvel incinérateur. Une question de progrès donc. 

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......