LE DIRECT
Umberto Boccioni, La charge des lanciers

Kerviel: la banque, l'acteur et le système

3 min
À retrouver dans l'émission

Dix ans après la perte de 5 milliards d'euros par la Société Générale, l'affaire Kerviel et ses troubles protagonistes nous interrogent sur les dérives du système bancaire actuel...

Umberto Boccioni, La charge des lanciers
Umberto Boccioni, La charge des lanciers

Il y a dix ans, presque jour pour jour, une information ébranlait les marchés français: la Société Générale annonçait dans un communiqué la perte de 5 milliards d’euros le 24 janvier 2008. Daniel Bouton, qui est encore le PDG de la troisième banque française, explique cette perte colossale par l’action solitaire et dissimulée d’un seul homme: Jérôme Kerviel.

Mais à mesure que la justice, les médias et les politiques s’intéressent à l’affaire, les avis se transforment. On pensait avoir un cas classique de perte sur les marchés, par un trader irresponsable, on se rend compte qu’il opérait en réalité dans le cadre d’un système encourageant ce type de pratique… On commence alors à voir Kerviel non plus comme la brebis galeuse du marché mais comme le bouc émissaire d’un système à la dérive.

Ce qui est frappant, c’est que dix ans plus tard, les comportements et les attentes n’ont pas réellement changé dans le secteur bancaire. 

Comme le dénonce l’économiste Gunther Capelle-Blancard dans une tribune au Monde, le système bancaire et financier est plus opaque aujourd’hui que jamais: “Que ce soit le trading haute fréquence, le développement de la finance de l’ombre ou les paradis fiscaux, tout concourt à masquer l’activité financière.”

L’économiste fustige ainsi la culture du secret et le culte de la performance qui rendent tout à fait probable un nouveau scénario à la Kerviel dans les années à venir… A se demander si ce n’est pas en réalité le système qui est en col blanc…

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......