LE DIRECT
Washington, ville fantôme depuis le début du shutdown fédéral

"Shutdown" américain : l'Etat fédéral au chômage forcé

3 min
À retrouver dans l'émission

Le bras de fer entre Trump et les démocrates de la chambre des représentants a causé la fermeture de l'Etat fédéral et la mise au chômage technique de 800 000 fonctionnaires américains. Une situation inédite qui révèle et rappelle l'importance de l'Etat dans un pays souvent prompt à le dénoncer.

Washington, ville fantôme depuis le début du shutdown fédéral
Washington, ville fantôme depuis le début du shutdown fédéral Crédits : Getty

Vous avez certainement entendu parler ces derniers jours du « shutdown », littéralement la fermeture de l’administration fédérale américaine, causée par le bras de fer entre le président Trump et la chambre des représentants.

Cette démonstration de force de la part du président américain avait pour objectif de faire plier les démocrates, qui refusent, depuis qu’ils ont conquis la majorité à la chambre, d’intégrer dans le budget fédéral, les 5,7 milliards de dollars demandés par Trump pour poursuivre la construction de son mur anti-immigration, à la frontière mexicaine. 

Il faut dire que la construction de ce mur était l’une des promesses phares du président élu. Reculer aurait été perçu comme un renoncement et un échec pour celui qui a théorisé l’importance du rapport de force dans la négociation. 

Poursuivre sur ce point était donc une question de principe, quitte à mettre au chômage technique des centaines de milliers d’Américains. D’autant que cela lui permet de faire porter le chapeau à l’opposition démocrate bien-pensante, qui en dénonçant un projet immoral, inefficace et coûteux, l’empêche de mener à bien l’une de ses principales promesses de campagne.

Mais si ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis traversent l’une de ces crises budgétaires, dont les institutions américaines ont le secret, c’est la durée et la gravité de cette crise qui est inédite. Le président Trump a d’ailleurs prévenu que le shutdown pourrait durer des mois, des années même, tant qu’il n’obtiendrait pas satisfaction pour la construction de son mur. 

Il a même évoqué la possibilité de recourir à  l’urgence nationale, une procédure qui offre au président des pouvoirs exceptionnels, allant du contrôle des télécommunications, à la saisie des moyens de production, en passant par la mobilisation de l’armée. 

On connaissait le recours à cette prérogative, en cas de force majeure ou de catastrophe naturelle. Pour la construction d’un poste-frontière, c’est une première.

En attendant, le gouvernement fédéral est bel et bien officiellement fermé, et ce, depuis le 22 décembre dernier. Aussi invraisemblable qu’une telle information puisse paraître, c’est pourtant bien la réalité outre-Atlantique. Un article du journal Libération se livre ainsi à un inventaire des différentes fonctions de l'état fédéral paralysées par cette situation : les administrations de l’agriculture et du commerce, de la sécurité nationale et des transports, de l’intérieur et du trésor. 

Ce même article nous explique que les restaurants de Washington sont désertés par les agents fédéraux, que la Food and Drug administration, qui a en charge la santé et l’alimentation a suspendu ses contrôles de routine. « L’Agence de l’environnement, quant à elle, a cessé de contrôler la conformité environnementale des usines chimiques, raffineries et autres sites industriels ».

En tout, ce sont donc 800 000 fonctionnaires fédéraux qui, payés tous les quinze jours, n’ont pas touché, vendredi dernier, leur salaire habituel. La moitié ayant été placée en congé sans solde, l’autre réquisitionnée pour opérer un service  minimum dans certaines administrations jugées prioritaires. Sans même parler des millions de contractuels et de sous-traitants également affectés par cette crise. 

Avec des conséquences bien réelles sur la vie quotidienne de ces agents. Alors que nombre d’entre eux touchent déjà habituellement des salaires modestes, cette cessation de paiement signifie des difficultés encore plus grandes pour payer leurs factures, honorer les prélèvements automatiques sur leurs comptes. 

On a ainsi vu fleurir sur les réseaux sociaux, les annonces de vente de petits objets, meubles et autres éléments de patrimoines, mis en vente par ces employés désoeuvrés pour parvenir à boucler la fin du mois. On a également vu se développer les réseaux de solidarité et d’entraide, pour prêter main forte à des ménages déjà bien souvent endettés et qui ne s’en sortent plus. 

En réalité, cette crise économique et politique est venue mettre en lumière le rôle essentiel du gouvernement fédéral, non pas dans ses prises de décisions technocratique et lointaines, mais bien dans la réalité de son action quotidienne, matérielle et créatrice de lien social. 

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......