LE DIRECT
Le ministère de l'économie et des finances à Bercy

Le Maire et la subvention des inégalités

3 min
À retrouver dans l'émission

Bruno Le Maire a jugé qu'il serait légitime de réduire les aides sociales si l'économie recommençait à créer des emplois. Une curieuse logique qui rend compte en réalité d'une volonté de réduire les dépenses publiques quelles que soient les conséquences sur les inégalités en France.

Le ministère de l'économie et des finances à Bercy
Le ministère de l'économie et des finances à Bercy Crédits : PHILIPPE LISSAC / GODONG / PHOTONONSTOP - AFP

Lors d’une interview ce week-end, le ministre de l’économie s’est interrogé sur la nécessité de “compenser les inégalités par toujours plus de dépenses publiques”. Interrogé sur une possible réduction des aides sociales, le locataire de Bercy issu des rangs des Républicains, a poursuivi son raisonnement en déclarant que si le gouvernement réussissait à créer des emplois dans le secteur privé, il pouvait “être légitime de réduire la politique sociale de l’emploi”, je cite. 

Si ces déclarations interrogent et provoquent des remous jusque dans la majorité, c’est notamment du fait de leur flou savamment calculé. Le gouvernement est en effet passé maître dans l’art du “teasing”, faisant des annonces fracassantes, pour amoindrir la portée de la décision finale.

Et c’est exactement ce qui s’est passé ici, car en usant sciemment d’un terme aussi abstrait, le ministre sème le doute sur la nature de la réforme qu’il entend porter. Cette “politique sociale de l’emploi” pourrait donc renvoyer tout simplement à l’assurance chômage. 

Oui, un document de l’administration préparerait ainsi une réduction des aides sociales pour les personnes sans emplois. Concrètement il pourrait s’agir d’une extinction graduelle de l’allocation de solidarité spécifique, un dispositif d’aide accordé aux chômeurs en fin de droit.

Vieux serpent de mer de la chasse aux dépenses publiques, cette réforme avait été envisagée par le gouvernement Valls en 2015, mais la ministre du travail de l’époque, Myriam El Khomri, s’y était opposée, estimant que le projet risquait d’entraîner un recul des droits. 

Des remous au sein de la majorité

La présidente de la commission des affaires sociales de l’assemblée, Brigitte Bourguignon, a ainsi déploré cette volonté de coupe dans la politique sociale de l’emploi qui pénaliserait encore les personnes les plus précaires. 

Il faut dire que la logique qui prévaut dans les déclarations du ministre est assez curieuse. Bruno le Maire explique que le gouvernement peut baisser les aides à l’emploi puisque le chômage baisse en France. Sans discuter de cette dernière affirmation, il est toutefois étrange de baisser les aides aux chômeurs, sous prétexte que certains ne le sont plus. Les plus précaires seraient donc sanctionnés car certains parviennent à sortir de la précarité.

En réalité, ici la logique à l’oeuvre est celle de la réduction des dépenses publiques, quelle que soit l’incidence de cette politique sur le creusement des inégalités. 

La chasse aux dépenses publiques avant la justice sociale 

Bruno le Maire déclare au cours de cette interview “que réduire la dépense publique sans toucher aux aides sociales ne serait ni juste ni cohérent vis-à-vis des Français”, ajoutant que “nous ne sommes pas condamnés à compenser les inégalités par toujours plus de dépenses publiques”. La lutte contre les inégalités soit, mais tant que cela ne coûte pas trop cher. 

D’autant que les dépenses sociales sont justement considérées comme l’outil clef pour résorber les inégalités, puisque les bénéficiaires sont ciblés expressément en fonction de leurs besoins. 

Ainsi, parmi les différentes allocations permettant de réduire les inégalités figure l’aide au logement personnalisée, les fameuses APL, que le gouvernement entend sabrer afin d’économiser 2 milliards sur le prochain exercice.  C’est pourtant l’un des dispositifs qui, pour chaque euro dépensé, est le plus efficace pour réduire les inégalités. Pourtant, il ne semble pas que ces considérations soient prises en compte par le gouvernement. L’exercice comptable avant l’exercice social. 

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......