LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

Climat : une chaleur qui tue

3 min
À retrouver dans l'émission

L'épisode caniculaire que connaît actuellement l'Inde a des effets dévastateurs sur la biodiversité et les hommes. Des conséquences que pourrait bientôt connaître la France si rien n'est fait pour lutter contre le réchauffement climatique.

.
. Crédits : Getty

Le sous-continent indien a connu, ces derniers jours, l’un des pires épisodes caniculaires de son histoire avec des températures dépassant par endroits les 50°celsius. Il faut dire que, cette année, la mousson se fait attendre. Déjà une semaine de retard et toujours pas d’eau. 

Dans l’État de l’Utar Pradesh ou du Tamil Nadu, la chaleur est si forte que les oiseaux tombent des arbres, épuisés. Ailleurs ce sont des singes qui ont été retrouvés morts, après s’être battus pour accéder à une source d’eau. Un comportement inouï chez ces herbivores, plus habitués à la collaboration et au partage qu’à l’affrontement pour une ressource. 

Mais comme le rapporte un article du journal Le Vif sur la chaleur qui rend fou, les hommes aussi sont atteints par cette frénésie mortifère. Ainsi dans le Nord-Est de l’Inde, un homme a poignardé six autres personnes après avoir été empêché de remplir des barils d’eau supplémentaires dans un réservoir public. A Agra, ce sont trois hommes qui sont morts asphyxiés, accablés par cette chaleur, dans un wagon de train bondé.

Une étude de la revue Nature nous indique d’ailleurs que ces épisodes de forte chaleur risquent de devenir de plus en plus fréquents et de toucher de plus en plus de personnes. Cette étude publiée en 2017 conclue ainsi qu’aujourd’hui 30% de la population mondiale est exposée, au moins vingt jours par an, à des températures dépassant le seuil létal. D’ici 2100 ce pourcentage pourrait s’élever à 74% si les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter, ce qui a donc toutes les chances d’arriver. 

Car c’est bien là que le bât blesse. Pour que l’humanité parvienne  effectivement à limiter la hausse des températures à 2 degrés, l’objectif fixé par l’accord de Paris, un pic d’émission devrait être atteint en 2020, soit... l’année prochaine. 

Inutile de dire que les efforts mis en oeuvre aujourd’hui pour inverser cette courbe sont loins d’être suffisants. Comme le pointe l’article du Vif, les engagements nationaux pris lors de la COP21 mènent en réalité à un réchauffement de la planète de l’ordre de 3 degrés celsius par rapport aux températures préindustrielles. Et encore, c’est en partant du principe que les Etats respecteraient effectivement leurs engagements, ce qui est aujourd’hui loin d’être le cas . 

Ainsi, en France, le Haut conseil pour le climat vient de publier son premier rapport sur les politiques mises en oeuvre pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Des efforts jugés largement insuffisants. La présidente du Haut conseil, Corinne Le Quéré, explique que « la baisse annuelle des émissions est deux fois moins rapide que ce qu’elle devrait être ». Pour mener à bien cette transition, le conseil demande notamment aux autorités d’inclure les émissions relatives aux transports internationaux, maritimes et aériens dans le calcul des émissions, ce qui n'est pas le cas pour l'instant. 

Autant dire que l’empressement du gouvernement à faire ratifier le traité de libre-échange avec le Canada va clairement à l’encontre de ces objectifs, puisque le CETA devrait considérablement renchérir les échanges et le transport international.

Mais surtout le Haut conseil réclame que chaque loi votée fasse l’objet d’une analyse approfondie afin de vérifier sa compatibilité avec les engagements de la France et d’inscrire dans la loi l'objectif de neutralité carbone d’ici 2050. 

Rappelons que si rien n’est fait, les experts estiment qu’à cette date fatidique de 2050, les températures pourraient atteindre 55 degrés dans certaines parties de la l’hexagone. Largement de quoi faire mourir ce qu’il reste d’oiseaux et de petits animaux dans nos villes et nos campagnes françaises. 

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......