LE DIRECT

DES CARTES (4/5) : "Tournant spatial" et cartographies artistiques

59 min
À retrouver dans l'émission

**Quatrième temps d'une semaine qui réfléchit aux nouveaux territoires des cartes, a vec Kantuta Quiros et Aliocha Imhoff , curateurs et fondateurs du collectif Le peuple qui manque . Depuis plusieurs années, ils lient leur production d’expositions et leurs réflexions théoriques, à des conceptions géographiques. En tant que commissaires, ils exposent les pratiques cartographiques de plusieurs artistes contemporains.**

Le peuple qui manque
Le peuple qui manque

Géographie, peinture, géopolitique et littérature se trouvaient mêlées lundi dans les ouvrages d’Emmanuel Ruben - Logique médiatique, transmission d’infos et puissance visuelle était discutées mardi avec de jeunes cartographes travaillant pour la presse, tandis que nous évoquions hier, mercredi les enjeux de droit et de défense de la vie privée en matière de géo localisation induite principalement par les téléphones portables. Aujourd’hui, nous nous intéressons à ce que d’aucuns ont appelé le tournant spatial de l’art.

Mais aussi à une géo-histoire de l’art qui prendrait en compte les lieux, ou encore, à l’art, conçu comme lieu, ou encore à la figure de l’artiste en cartographe, géographe, ou ethnographe. Les croisements entre la cartographie, l’art et la théorie de l’art sont multiples, nous essaierons d’en donner cet après midi quelques aspects.

Avec Kantuta Quiros et Aliocha Imhoff , curateurs et fondateurs du collectif Le peuple qui manque , fondé en 2005 une plateforme curatoriale, où se mêlent et se retrouvent des pratiques de production et commissariat d’exposition, mais aussi d’édition.

Nos ondes enregistrent les révolutions intimes, gravent les points d’intensité sur les cartes de nos parcours personnels. Cette semaine, la jeune artiste Katinka Bock actuellement en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers se prête à l’exercice. Aujourd’hui elle nous parle d’un tableau de Paul Klee , qui la suit depuis des années, à moins que cela ne soit l’inverse… tableau qu’elle met en relation avec un poème de Gertrud Stein, envoyé la veille de notre enregistrement par une amie. Réseau, cours d’eau, Au singulier, vers 16h45 !

Programmation musicale : - Avec pas d'casque, La journée qui s'en vient est flambant neuve -HENRIKSEN ARVE : CARTOGRAPHY , Loved one - en hommage à Chantal Akerman et la dernière scène de "Toute une nuit" (1982) : Véronique Sanson - Ma révérence

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......