LE DIRECT

Détruire (1/5) : Un jeu d'enfant

58 min
À retrouver dans l'émission

Premier temps d'une semaine passée à détruire. Aujourd'hui, avec l'auteur des barrages de sable, Jean-Yves Jouannais, nous nous interrogeons sur les enjeux initiatiques de la destruction des châteaux de sable.
Premier moment d’une semaine où nous conjuguerons au moins cinq fois le verbe détruire. Et d’abord à la plage, oui d’abord, l’heure d’hiver nous l’éprouvons au bord de l’eau, avec de la lumière franche, les doigts griffés par le sable, et les ongles remplis de sel. Des enfants construisent un château de sable, un barrage, disent-ils, et l’on s’avance. Si l’excitation monte ce n’est pas tant de voir progresser vers le ciel tel ou tel donjon, c’est que la mer est dans les parages, l’heure de l’engloutissement et de la destruction approchent. Est-ce que les enfants bâtissent pour que leurs édifices résistent, ou bâtissent-ils pour que l’agonie dure, avec la certitude que le dit château disparaîtra sous l’eau. Que lira-t-on dans ses ruines demain ?

"Petits arrangements avec les morts"
"Petits arrangements avec les morts"

Que lit-on dans les ruines d’une ville détruite ? Et s’il y a ruine, n’est-ce pas la preuve de l’échec de la destruction ? Voilà de quoi nourrir quelques paragraphes d’un traité de Castellologie littorale.

Considérant que le sable est à tout le monde, et qu’une fois abandonné, le barrage peut être modifié et reconstruit différemment sur la même plage, voilà de quoi nourrir cette fois, un petit traité pour la destruction de l’auteur, ou la révélation de sa fiction.

Notre invité, jean-Yves Jouannais, est écrivain. Il a publié Les barrages de sable et anime depuis plusieurs années au Centre Pompidou à Paris un cycle de conférences L'encyclopédie des guerres.

La prochaine conférence se tiendra le 20 novembre prochain.

Vers 16h45, chaque jour, les Nouvelles vagues passent au singulier et nous demandons à quelqu'un de partager cinq moments marquants. C’est la violoniste et romancière Léonor de Recondo qui se prête à l’exercice jusqu’à vendredi. En guise de première émotion, elle évoque aujourd’hui la vision d'un acacia dans le jardin de la maison familiale. Pilier de calme en pleine adolescence, ressource en cas de tempête, vers 16h45.

Programmation musicale:

  • THE RODEO, Dust in the wind

  • Arandel, Section 7

  • Jimi Hendrix, Castles Made of Sand

Intervenants
  • Écrivain et critique d'art, spécialiste de la représentation de la guerre
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......