LE DIRECT

La mort (2/5) : Dans les yeux de ma mère

59 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième émission mortelle de la semaine. Aujourd'hui, nous nous interrogeons sur l'expression "faire son deuil", au coeur de la nouvelle création du metteur en scène Mohamed El Khatib, " Finir en beauté".

Mohamed El Khabib
Mohamed El Khabib Crédits : Radio France

C’est le deuxième moment d’une semaine consacrée à la mort. Hier avec Bernard Marie Dupont, il s’agissait de déplier les questions liées à la fin de vie en France, pour en faire entendre toute la complexité et éviter qu’elles ne se rapportent à la seule opposition pour ou contre une légalisation de l’euthanasie. Aujourd’hui, ce n’est pas le principe général que l’on interroge, ni la loi, aujourd’hui c’est l’échelle très intime et à chaque fois réinventée de la perte.Il y aurait dans la communauté des hommes une ligne invisible qui séparerait ceux qui ont perdu leur mère, de ceux qui souffriront un jour de cette mort. Si cette ligne invisible existe alors c’est le passage d’un côté à l’autre de la ligne dont il est question dans « Finir en beauté » de Mohamed El Khatib. C’est aussi un passage que devait interroger premièrement ce travail d’écriture et de plateau. Le passage de la langue maternelle, l’arabe, vers la langue du théâtre, une autre étrangère. Le passage de l’enfance vers l’âge adulte de celui qui créée.

Et puis un jour de février 2012, 3h15 du matin, une femme meurt. Cette femme-là justement. Une mère parmi les mères. Alors la déflagration, ne laisse que des débris. Ce sont ces débris qui deviennent la forme et le fond de « Finir en beauté » Dont les représentations dans les salles de spectacle s’appuient sur des sms échangés, des conversations enregistrées, des bouts de textes, des voix, des lectures, des images ou des voix manquantes.

Ou comment rendre plastique un chagrin permet de le regarder profondément.

Mohamed El Khatib est metteur en scène. Sa dernière création Finir en beauté sera présentée au Théâtre de Vanves dans le cadre du festival Artdanthé le 19 mars 2015.

Juste avant la fin de l'émission, les Nouvelles vagues passent au singulier. Chaque jour pour la rubrique Au Singulier, nous écoutons quelqu'un raconter un moment marqué par une émotion forte et liée une expérience esthétique disons. C’est Jean-Jacques Busino , auteur, musicien, qui cette semaine au micro d’Anne Laure Chanel, sonde ses souvenirs à la recherche de ces instants de bascule. Aujourd’hui, il évoque la lecture d’un roman policier de Jim Thompson. Auteurs en série… vers 16H45.

Programmation musicale :

  • Liesa van der Aa - "On health "- Josephine Foster - "Der Konig in Thule "
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......