LE DIRECT

Le détail (2/5) : Fragments de guerre

59 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième moment d’une semaine qui regarde le monde en détails. Aujourd’hui nous sommes avec Ossama Mohammed, réalisateur syrien, exilé en France. Son documentaire Eau argentée, Syrie autoportrait consiste en un montage d’une multitude de vidéos amateurs tournées en Syrie par plusieurs correspondants. Il sera projeté le dimanche 15 mars au Cinéma des Cinéastes à Paris.

Ossama Mohammed
Ossama Mohammed Crédits : Radio France

Aujourd’hui, les détails, viennent en foule, en rage. On peut zoomer sur eux. Les détails de vidéos dont il est question aujourd’hui sont des débris d'un réel aussi dévastateur que des éclats de bombes. Les détails dont il est question aujourd’hui sont par exemple des bottes de soldat embrassées de force par un adolescent dénudé, reclus dans une cellule, où il est torturé pour avoir réclamé la chute du régime de Bachar El Assad, et un peu de liberté. C’est de la liberté que tu veux ? et bien là, la voilà : une pluie de coups sur son dos. Toutes les expressions que nous utilisons, nous autres, pour qualifier le cinéma : expérimental, poétique, réaliste, cinéma de l’étrange, cinéma des victimes, cinéma des bourreaux, elles tombent toutes comme des corps et demandent réinvention. La première et longue question qui s’impose et qui traîne lors du visionnage du film Eau argentée, Syrie autoportrait présenté au dernier festival de Cannes et sorti en salle en décembre 2014, c’est « Est-il possible de voir ces images ? » Dans tous les sens du mot possible. Ossama Mohammed, le co-réalisateur de ce film, veut rentrer en Syrie, et ne rentre pas. De même on veut éteindre l’ordinateur, et l’on ne l’éteint pas, c’est bien qu’il y a dans regarder ces images de torture, de guerre, de manifestations, de vie, de violence, de révolte, d’humiliation, d’amour, d’enfance, une tension qui dépasse l’horreur. Qui tient de l’inadéquation. Comme le sens est parfois écartelé entre les mots qui apparaissent à l’écran et les images sur lesquelles ils s’impriment, le film est écartelé entre montrer et ne pas montrer.

Ossama Mohammed, est cinéaste, son film Eau Argentée sera projeté le 15 mars prochain, au Cinéma des cinéastes à Paris, et à la ferme du Bonheur, le 21 mars à Nanterre.

Juste avant la fin de l'émission se glissera un poème. Le temps et le choc d’un poème. Jusqu’à vendredi, nous entendrons cinq personnes raconter leur rencontre avec un texte en particulier, dans le cadre du printemps des poètes, qui dure jusqu’au 22 mars et qui a pour thème cette année "L’insurrection poétique". Aujourd’hui Ghislaine Dunant, évoque un poème de Tomas Tranströmer "Schubertiana" vers 16H45.

Programmation musicale :

  • Lee Fields, You're my weakness

  • Noma Omran

  • Noma Omran, Syrie

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......