LE DIRECT

Le Printemps (2/5) : « Ces choses des poètes, j'appelle cela du printemps »

58 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième trouée dans cette semaine printanière. Aujourd’hui, nous recevons le peintre François Rouan . Il publie Ô saisons ô châteaux (éd. Somogy) il évoque, dans ce livre, un fameux printemps de 1974 à Sienne. Le musée des Beaux arts de Rouen lui consacre une exposition Un Printemps à Sienne , ses peintures y sont exposées en regard de tableaux de la Renaissance.

François Rouan
François Rouan Crédits : Radio France

C’est le deuxième temps de cette semaine de printemps. Hier, nous évoquions le frémissement de la saison dans la terre, au jardin, dans les airs avec les oiseaux, et dans le nez, pour les odeurs, les souvenirs d’odeurs, les promesses d’odeurs à venir. Aujourd’hui nous évoquons un printemps particulier. 1974, Italie, Sienne. Un jeune peintre, François Rouan qui vient de passer par la Villa Medicis à Rome, regarde, regarde, regarde encore, et peint, dessine, prend notes, devant les fresques d’Ambrogio Lorenzetti, et particulièrement « L’Allégorie du bon gouvernement ». Terminées en 1339, ces fresques furent restaurées dans les années 80 et sont visibles au Palazzo Pubblico de Sienne.

Dans le même mouvement que la farandole des personnages au premier plan de la fresque « Effets du Bon Gouvernement dans la ville » , se noue une ronde pour longtemps, dans laquelle dansent les peintres Matisse, Simon Hantai, Balthus, Lorenzetti donc, et François Rouan.

Ce que la peinture offre comme questionnement des profondeurs et de la narration ? Jusqu’où l’on peut caresser le temps, le paysage ou la peau, cela par les moyens seuls de la peinture ? Quelle est l’entremêlement des époques et de l’espace qui a lieu à la fois dans l’expérience du réel, à la fois dans l’expérience artistique ? Voilà les jours passant, imagine-t-on, ce que le jeune peintre questionne, pendant un printemps devant le travail de celui qu’il s’est désigné comme ascendant, et 1339 touche 1974.

Plusieurs printemps plus tard, certaines de ces notes de regards sont exposées au musée des Beaux-Arts de la ville de Rouen et réunies dans un livre « O saisons, O châteaux » qui présente le travail en résidence au Château de Hautefort. de notre invité François Rouan .

Tous les jours, avant que 17h ne sonnent, nous tendons notre micro à quelqu’un pour qu’il ou elle nous fasse le récit d’une émotion. Nous lui demandons de partager un moment qui l’a marqué. Cette semaine c’est Beata Umubyeyi Mairesse . Elle quitte le Rwanda en 1994 pour fuir le génocide, travaille plusieurs années pour des organisations non gouvernementales, et se consacre aujourd’hui au militantisme et à l’écriture à Bordeaux. Elle publie d’ailleurs ces prochains jours un recueil de Nouvelles aux éditions La Cheminante. Mais avant cela, aujourd’hui, elle nous raconte ce malaise durant une visite à Auschwitz, pas tant ou pas seulement pour la force évocatrice du lieu, mais aussi face à la forme de tourisme qui y a cours…Récit …vers 16h45.

Programmation musicale :

  • Susheela Raman : "north star"- GOGO PENGUIN : "Shock and awe"- Colette Magny : "Melocoton"
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......