LE DIRECT

Le rythme (4/5) : "Ma langue est poétique, est naturelle, est sonore"

59 min
À retrouver dans l'émission

Quatrième moment de notre semaine rythmée. Aujourd'hui avec le poète sonore David Christoffel , nous parlons de la poésie orale de Christophe Tarkos. Si elle est rythmée par la répétition, le retour incessant du motif et du mot, la mise en page et les polices, il semble que sa mise en performance en dévoile le rythme souterrain.

Katalin Molnar et David Chistoffel
Katalin Molnar et David Chistoffel Crédits : Radio France

Lundi, le philosophe et historien Pascal Michon, parlait de la plateforme Rhuthmos, qui réunit nombre de chercheurs utilisant la notion de rythme pour penser la politique, le pouvoir de l’institution sur le sujet et la question du choix de nos rythmes propres. Mardi, elles n’étaient pas trop de deux monteuses pour faire vivre les discussions autour de la bonne longueur d’un plan au cinéma. Hier, ils étaient deux aussi, deux journalistes, à dire que les réflexions au cœur desquelles se tiennent les journalistes d’aujourd’hui sont peu ou prou les mêmes qu’hier, que si le rythme de publication de l’information a accéléré, les outils permettant de la fabriquer aussi.

Aujourd’hui le rythme est celui d’un individu. Ou celui d’un texte. Ou celui d’un individu qui parle ou mâche. Ou encore celui d’un individu écouté par d’autres. Si la poésie de Christophe Tarkos est rythmée par sa langue, sa pensée, l’espace de la page aussi, il semble que le rythme explose quand cette poésie est prononcée. Je reviens encore et toujours à la définition du rythme que nous donnions lundi, à savoir, « une manière de fluer ».

Tarkos disait de la langue qu’elle n’arrête pas de continuer, efficace et réel, le poème accélère, répète, déjoue le retour du même, et le même qui revient s’il est drôle, il est souvent violent. Quels sont les rythmes de Tarkos ? Quels sont les rythmes de Tarkos ?

Les œuvres de Christophe Tarkos, mort il y a 10 ans, sont publiées en deux volumes aux éditions P.O.L. Deux éditions respectivement établies par Katalin Molnar et Philippe Castellin, Ecrits poétiques paru en 2008 et L’enregistré , (performance, improvisation, lectures) paru cet automne.

Katalin Molnar est auteur, David Christoffel est poète, producteur de radio et critique. Ils ont tous les deux réalisé une vidéo hommage à Christophe Tarkos, Il est important de penser montré pour la première fois au Nouveau Festival au centre Pompidou en 2009.

Un petit quart d’heure avant la fin de l’émission, toutes les paroles en cours se suspendent et font place au récit d’une émotion. La séquence « Au singulier », propose à quelqu’un de raconter cinq moments marqués par l’expérience d’une œuvre d’art, par la découverte d’un texte, celle d’une pièce de théâtre ou d’une chanson. Aujourd’hui, c’est un poème qu’évoque l’auteur compositeur interprète Babx . Sa découverte de La marche à l’amour de Gaston Miron, change jusqu’à sa façon d’écrire. Bouleversement des vers, foulée nouvelle vers 16h45.

Programmation musicale :

  • Siouxie & The Banshees, Love out me

  • Poème « La marche à l'amour » de Gaston Miron, lu par BABX, un enregistrement fait à la maison de la poésie, extrait de Cristal automatique

  • Musique extraite d’Il est important de penser (film hommage à Christophe Tarkos) de Katalin Molnar et David Christoffel

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......