LE DIRECT

L'Inde (2/5) : L’imaginaire persistant du voyage initiatique. L’Inde qui rend fou.

59 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième moment de notre semaine consacrée à l'Inde. Aujourd'hui, le psychiatre Régis Airault rapporte les paroles de voyageurs occidentaux atteints du syndrome indien.

Régis Airault
Régis Airault Crédits : Radio France

Deuxième moment d’une semaine entièrement consacrée à l’Inde. Hier, vous venez de l’entendre, nous évoquions la jeunesse indienne. Vague conséquente qui met le pays face à de nombreux défis. Nous ne quittons pas le registre du vocabulaire marin, car il est aujourd’hui question du sentiment océanique, expression utilisée pour décrire ce qui submerge de nombreux voyageurs lors de leur découverte de ce pays. Perte de repères, délires, émotions extrêmes, sentiment de déréalisation, vacillement de l’identité, fragilité sans précédent, j’en passe. Si nous avons décrit hier une Inde épousant ou inventant sa propre modernité, une jeunesse connectée, reliée au monde, l’image d’une Inde en dehors du temps, d’un territoire refuge où l’on va dénudé de ses anciennes vies, est tenace dans le discours occidental. Cette image est au cœur de témoignages de voyageurs qui se cognent à cette Inde plus ou moins fantasmée et qu’ils étaient consciemment ou non, venus chercher.L’Inde rend-elle fou, ou attire-t-elle les fous jusqu’à elle ? Voilà la question que se posaient plusieurs médecins psychiatres de l’ambassade de France à Bombay, voyant défiler, de nombreux cas de décrochage. L’idée d’un pays révélateur est avancée. L’Inde se retrouve alors comme au carrefour de représentations occidentales d’un Orient qui désoriente, et en prise avec ses propres fondements culturels, religieux, mystiques. Différenciant le voyage pathologique, du voyage pathogène, et les séparant des expériences de toxicomanes, vous en faîtes aussi un lieu possible pour « essayer sa folie », Régis Airault, et éprouver les zones floues de passage.

Notre invité Régis Airault est psychiatre, a été en poste plusieurs années à Bombay en Inde, et a publié Fous de l’Inde à la Petite bibliohtèque Payot.

En fin d'émission, vague d'émotion, les nouvelles vagues se conjuguent au singulier. Qu’est-ce qui nous marque ? Qu’est-ce qui un jour ouvre, immédiatement ou avec délai, des horizons insoupçonnés. Voilà ce que nous demandons chaque jour à une personne. C’est le metteur en scène Marc Lainé qui se prête à l’exercice cette semaine. Aujourd’hui, il évoque sa découverte du livre de Georges Perec, Un homme qui dort. Il est alors tout jeune homme comme le narrateur. Extase du vide et inventaire de lecture vers 16h45.

Programmation musicale :

  • Emmanuel Tugny, Genova per noi

  • Sneha Khanwalkar, Kaala Rey

  • Nicolas Jaar, Mi mujer

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......