LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le cinéaste britannique Alfred Hitchcock (1899 - 1980) à Cambridge en 1966.

Alfred Hitchcock : "Je n’assiste pas aux premières, non ce n’est pas nécessaire parce que le film c’est moi"

1h34
À retrouver dans l'émission

Les "Mardis du cinéma : Un printemps pour Hitchcock", une analyse de Jean Douchet et Laurence Drummond du dialogue, important dans l'histoire du cinéma, entre Alfred Hitchcock et François Truffaut, et plus largement sur l'art d'Alfred Hitchcock, un dandy, "Un homme qui en savait trop"...

Le cinéaste britannique Alfred Hitchcock (1899 - 1980) à Cambridge en 1966.
Le cinéaste britannique Alfred Hitchcock (1899 - 1980) à Cambridge en 1966. Crédits : Peter Dunne/Express/Getty Images - Getty

Né à Londres le 13 août 1899, mort à Los Angeles le 9 avril 1980, Alfred Hitchcock continue de faire peur, de faire rire et réfléchir, autrement dit, d'être grave et énigmatique. 

C'est ainsi que Laurence Drummond présentait "Les Mardis du cinéma" le 26 février 1985 en préambule à une émission intitulée "Un printemps pour Hitchcock".

En 2019 nous pourrions dire la même chose du célèbre cinéaste britannique. Nous nous replongeons dans cette émission avec Jean Douchet qui interroge le climat des entretiens que François Truffaut eut avec Alfred Hitchcock dans les années 60 (Le cinéma selon Hitchcock aux éditions Seghers). Comment le maître du suspense s'est-il mis en scène au fil des questions ? De quelle nature sont ces questions ? De quelle nature sont ses réponses, a-t-il expliqué le choix de ses thèmes ? 

Ces thèmes, le critique et historien du cinéma français, également écrivain et réalisateur Jean Douchet, en analyse l'originalité et la force d'expression de film en film. Peu à peu s'esquisse l'homme Hitchcock tel que Jean Douchet l'a rencontré et pressenti : "L'homme qui en savait trop" sur les pièges du conscient et de l'inconscient et sur leurs lois frustrantes ou salvatrices...

Selon Jean Douchet :

Alfred Hitchcock est un dandy. C’est évident. Tout son discours est un discours de dandy. J’entends par dandy la morale et la philosophie dandy. C’est quelqu’un qui finalement de par son corps, ne pouvait en aucun cas prétendre au dandysme et qui pourtant dans toute son attitude en a été un : rien ne me touche, je ne me laisse pas toucher, personne n’a de prise sur moi.

L'entretien est illustré par des extraits de films et des archives, dans l'une d'elles Hitchcock racontait son état d’esprit lors des premières, alors que le film Psychose allait être projeté à Paris, en 1960 :

Je n’assiste pas aux premières, non ce n’est pas nécessaire parce que le film c’est moi. Ce n’est pas possible parce que je suis très très nerveux. J’ai toujours peur, c’est pourquoi je fais la peur dans les films pour les autres. […] La peur de toute ma vie est dans mes films. C’est la peur d’Hitchcock, la peur de la police, la peur des ennuis, la peur de tout…

Il évoque son thème préféré : 

J’utilise rarement dans mes films des gangsters ou la police. Cela ne m’intéresse pas.  Ce qui m’intéresse c’est l’homme ordinaire dans la rue qui se trouve pris dans une aventure.

Avec Jean Douchet et les voix d'Alfred Hitchcock, Jacques Chancel et François Truffaut.

  • Production : Laurence Drummond
  • Mardis du cinéma - Un printemps pour Hitchcock (1ère diffusion : 26/02/1985)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Chroniques
3H56
1h
Les Nuits de France Culture
Anniversaire Michelet - Les dossiers de l'histoire, un homme devant l'histoire (1ère diffusion : 19/06/1967)
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......