LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le sculpteur César Baldaccini (1921-1998)

César : "J'ai une passion pour les livres mais je les regarde, je ne les lis pas, il faut qu'il y ait des images"

19 min
À retrouver dans l'émission

"Photo-portrait - César", en 1995, trois avant sa disparition le sculpteur César se racontait. L'artiste marseillais avec humour se revendiquait autodidacte et rusé au micro de Gérard-Julien Salvy.

Le sculpteur César Baldaccini (1921-1998)
Le sculpteur César Baldaccini (1921-1998) Crédits : Ulf Andersen, aurimages - AFP

Marseillais, comme celui de Pagnol, et transalpin comme Jules, né à La Belle de mai, au cœur de ce que Marseille avait de plus populaire, César Baldaccini, artiste plasticien de son état, se sera fait un nom aux cotés des deux autres. Ses compressions, ses expansions, ses pouces et ses seins géants, ses automobiles ratatinées et ses coulées de polyuréthane ont fait de lui l'un des artistes les plus célèbres au monde. D'autant plus présent, qu'avec la remise des trophées de l'académie du cinéma qui porte son nom, il se rappelle chaque année au souvenir du public. 

Disparu en 1998, César n'a pourtant pas toujours fait l'unanimité, même en lui-même. "Je suis nul, disait-il, nul dans le sens où je suis inculte ; c'est ma sensibilité qui m'a fait faire les choses". Proclamant volontiers qu'il ne lisait jamais, il cultivait une image de simple artisan un peu rustique. Mais il se faisait sans doute plus inculte, bien plus ignorant qu'il ne l'était. D'ailleurs il se revendiquait menteur et rusé, comme tout marseillais qui se respecte. 

Je ne suis pas un intellectuel même si à 74 ans j'ai une connaissance, j'ai vécu, mais quand même je ne peux pas avoir l'attitude des artistes qui parlent d'eux en parlant de leur travail ainsi : ils disent 'mon oeuvre', moi je ne pourrai pas faire ça, parce que c'est une question de pudeur. [...] J'ai une passion pour les livres mais les livres je les regarde, je ne les lis pas. Il faut qu'il y ait des images.

  • Production : Gérard-Julien Salvy
  • Réalisation Olivier Coppin
  • Photo-portrait - César - 1ère diffusion : 03/06/1995
  • Indexation web : Documentation sonore de Radio France
Chroniques
0H56
50 min
Les Nuits de France Culture
Etienne Daho : "L’avantage d’un long parcours, c’est qu’on s’inscrit peu à peu dans la vie des gens"
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......