LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
En 1979, Radio libre en Belgique, tract de l'"Association pour la libération des Ondes".

Antoine Lefébure à propos de "Radio Active" à Jussieu : "Comme on était ultra-repéré, on risquait de finir en prison"

25 min
À retrouver dans l'émission

Antoine Lefébure, historien et fondateur avec Brice Lalonde de "Radio Verte" en 1977 revient sur la tentative cocasse de créer avec un groupe d’étudiants de Jussieu "Radio-active", une radio qui a pour sujet principal la lutte contre le nucléaire. Attention ! La maréchaussée veille au grain…

En 1979, Radio libre en Belgique, tract de l'"Association pour la libération des Ondes".
En 1979, Radio libre en Belgique, tract de l'"Association pour la libération des Ondes". Crédits : Par Noelbabar , via wikimedia, creative commons

Maintenant, nous parlons d'un temps dont les moins de 50 ans ont peu de souvenirs, un temps qu'ils ont même bien du mal à se figurer : celui où, dans notre pays, l'État avait le monopole de la radiodiffusion ; un monopole qui durait depuis 1945 et ne prit fin qu'en 1982.

Après les radios périphériques, la guerre d'Algérie, Mai 68 et quelques chamboulements politiques et sociaux-culturels sur la planète, cette mainmise anachronique de l'État sur l'audiovisuel ne pouvait que susciter quelques impatiences. Il y avait déjà la célèbre Radio Caroline depuis 1964, il y eut Radio Campus à l'Université de Lille 1, Villeneuve d'Asc en 1969, mais ce fut surtout vers la fin des années 70 que les radios pirates commencèrent de fleurir dans l'hexagone. 

Parmi les pionniers de cette fronde radiophonique, il y avait le jeune historien Antoine Lefébure, devenu depuis un expert recherché des technologies de la communication. Fondateur en 74 d'Interférences, une revue à la pointe du combat anti-monopolistique, il fut notamment le créateur avec Brice Lalonde de Radio Verte en 77. 

Et en 1975 déjà, France Culture accueillait dans ses eaux territoriales le pirate Antoine Lefébure qui racontait ce qu'avaient été ses premières expériences d'émissions radiophoniques sauvages à la Faculté de Jussieu. 

En effet, Antoine Lefébure et quelques acolytes décident de créer une radio pirate dédiée au nucléaire, sujet déjà fort sensible à l’époque. Il raconte l’installation, chez lui, de cette radio de fortune et l’élaboration d’une émission digne de ce nom. Pour cela, ils font appel à "des gens qui travaillaient pour des organismes tout à fait sérieux, ils ont été intéressés mais en même temps cela leur faisait peur… Ce qui nous a bien fait rire". La troupe se rend vite compte que la réalisation d’une émission demande beaucoup de travail et pose de nombreux problèmes techniques. Peu satisfait du résultat, il confesse… "On a un peu cafouillé".

Les soucis ne s’arrêtent pas là, les problèmes de diffusions s’enchainent, l’émetteur caché dans la Faculté se fait embarquer par la police aux aguets. 

Il faut dire que le lancement de "Radio active" a été annoncé jusque dans les colonnes de Libération !

"Comme on était ultra-repéré, on risquait de finir en prison". 

Malgré tout, un nouvel émetteur est remonté mais il ne fonctionne pas. Pour corser l’affaire, la police est présente tout autour de la fac et compte bien arrêter les personnes responsables. Devant tant d’obstacles et d’infortunes, l’équipe de "Radio Active" baisse les bras. 

Après le récit de cette aventure Antoine Lefébure évoque, amer et agacé, le cas de Radio Monte Carlo qui a installé son émetteur hors des frontières de la France "ce qui  fait que dans le sud, le soir, plus personne ne peut écouter France Inter… "

L’état tolère ça et ne tolèrerait pas que des petits gars avec une puissance de 50 watts au lieu de 2000 kilowatts se mettent dans un petit coin de modulation de fréquence qui ne sert à personne pour diffuser un message plus ou moins contrôlé ou incontrôlé ? C’est la preuve que c’est un monopole politique et pas un monopole neutre. 

  • Production : Jean-Marc Fombonne 
  • Réalisation : Janine Antoine
  • Courant alternatif : Voir et entendre n°1 - Radio Active, les pirates de Jussieu
  • 1ère diffusion : 05/10/1975
  • Indexation web : Odile Joëssel, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France.
Chroniques
6H50
9 min
Les Nuits de France Culture
Dans l’atelier de restauration des archives sonores de l’INA, avec Jonathan Fitoussi et Christophe Jolibois
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......