LE DIRECT
François Reichenbach

François Reichenbach : "Le cinéma est visuel, facile à deviner, donc c'est un art de propagande"

15 min
À retrouver dans l'émission

1966 |En 1966, à l'occasion du Festival de Cannes, le documentariste François Reichenbach exposait dans un court entretien sa vision du cinéma. Un entretien diffusé pour la première fois le 01/05/1966 par l'ORTF.

François Reichenbach
François Reichenbach Crédits : Par Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons

Entretien avec François Reichenbach, le documentariste français le plus en vue des années 60 et 70. Il a tourné, pendant une trentaine d'années, dans le monde entier, ou à peu près. En Europe, aux États-Unis beaucoup, au Japon ou au Mexique, pour des courts et des longs métrages, sa caméra s'est posée sur les inconnus de la rue et une foule de célébrités de son époque : Yehudi Menuhin, Arthur Rubinstein, Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Raymond Devos, Barbara, Mireille Mathieu, Rostropovitch, Orson Welles, Manitas de Plata, Brigitte Bardot…

En 1966, durant le Festival de Cannes, il exposait sa vision du cinéma :

Je suis tout à fait pour défendre le cinéma dit d'auteur : c'est à dire où le metteur en scène a son rôle à jouer en tant qu'auteur, en tant que musicien même, en tant qu'opérateur. Plus le cinéma sera dans les mains d'une seule personne responsable, plus à mon avis ce sera un cinéma réussi et se rapprochera donc de l'art.

Puis il définissait ainsi le cinéma :

Le cinéma est visuel, facile à connaître et facile à deviner, donc c'est un art de propagande qui ne laisse pas trop de mystère. Un film, malheureusement, reste très souvent au premier degré, le degré de la propagande. Tandis que la littérature demande un effort plus grand pour comprendre certains grands écrivains, le cinéma demande un tout petit effort. Il est beaucoup plus réceptif, donc à mon avis c'est le meilleur art de propagande.

  • Production : ORTF
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive INA-Radio France
  • Entretien   avec François Reichenbach - A l'occasion du Festival de Cannes 1966 (1ère   diffusion : 01/05/1966)

Chroniques

1H12
35 min

Les Nuits de France Culture

Georges Franju : "Chez Mauriac le personnage le plus indigne est le personnage de l'homme qui croit"
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......