LE DIRECT
Georges Brassens, chanteur, auteur compositeur, en 1972, , quelques jours avant la première de son tour de chant de trois mois à Bobino.

Georges Brassens sur la chanson : "Même si on écrit des conneries, il faut le don de mettre les trois syllabes qu'il faut sur les trois notes qu'il faut"

2h20
À retrouver dans l'émission

1979 |L'émission "Les samedis de France Culture" proposait "Georges Brassens ou l'amour de la musique et de la langue française", une émission en deux parties, un très long et passionnant entretien que le chanteur, poète, musicien avait accordé à France Culture en février 1979. Première partie.

Georges Brassens, chanteur, auteur compositeur, en 1972, , quelques jours avant la première de son tour de chant de trois mois à Bobino.
Georges Brassens, chanteur, auteur compositeur, en 1972, , quelques jours avant la première de son tour de chant de trois mois à Bobino. Crédits : Afp - AFP

En 1979, Philippe Nemo proposait un long entretien avec Georges Brassens, une interview exceptionnelle illustrée de nombreuses chansons (Le Gorille, Le Fossoyeur, Grand-père, Les funérailles d'antan, Gastibelza, etc.)

L'entretien commençait ainsi : 

Beaucoup me contestent le titre de musicien et j'entends dire, par-ci-par-là, que mes musiques sont monotones, que je fais toujours la même musique, ce n'est pas vrai du tout. Ceux qui savent, comme disait l'autre, me devinent. 

Sur son attirance pour la chanson : 

Je me suis intéressé surtout à la chanson parce que dans ma famille tout le monde chantait. Dès l'enfance, dès trois, quatre ans, je me rappelle avoir chanté et ma mère passait son temps à chanter. A cinquante ans elle copiait encore, ce qui peut paraître extravagant aujourd'hui mais qui n'était pas rare en ce temps-là, elle copiait encore des chansons qu'elle entendait, et allait compléter les textes chez ses copines. C'est comme ça que je me suis intéressé à la chanson. 

Sur son apprentissage musical :

Je ne l'ai pas apprise la musique, je l'ai apprise tout seul. Ma mère n'a pas voulu quand elle a vu cette espèce de passion elle a eu peur, dans ce temps-là la plupart des musiciens allait faire la manche. [...] Pour la musique je n'ai eu que mon oreille, mais c'est très suffisant pour la musique, l'oreille. 

Sur l'art d'écrire des chansons :

Pour mettre des paroles sur une musique -et pour trouver déjà une musique- il faut quand même une espèce de don, même si on écrit des conneries, et Dieu sait si on ne s'en prive pas, il faut le don de mettre les trois syllabes qu'il faut sur les trois notes qu'il faut. Je ne peux pas l'expliquer mieux que ça. C'est tout un art. 

Sur le thème de la mort présent dans ses chansons : 

Le thème de la mort est présent chez tous les poètes Verlaine, Valéry, Baudelaire, Hugo… Je ne suis pas poète moi, entendons-nous bien, mais je veux dire que les gens que j’ai lus parlaient beaucoup de la mort, alors je me suis dit 'tiens c’est un thème comme un autre la mort'. Le vocabulaire, la terminologie de la mort me plaît, et tout l’attirail qu’il y a autour […] le mot corbillard me plaît, croque-mort me plaît, les tombes, les tombeaux, allez savoir pourquoi…

  • Production : Philippe Nemo
  • Réalisation : Georges Godebert
  • Les samedis de France Culture - Georges Brassens ou l'amour de la musique et de la langue française 1/2 (1ère diffusion : 17/02/1979)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

Chroniques

3H39
24 min

Les Nuits de France Culture

Guillaume Marquet : "J’ai choisi Johnny Hallyday car, sans être fan, j’ai une certaine fascination pour lui, pour l’interprète qu’il est"
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......