LE DIRECT
Costume pour le Csanova de Maurice Rostand par George Barbier, 1918•

"On imagine que Casanova est un Don Juan, or c'est exactement l'inverse : il est sincère, il aime"

59 min
À retrouver dans l'émission

2012 |Pour "Une Vie, une œuvre", Françoise Estèbe proposait en 2012 de nous faire découvrir la vie de Giacomo Casanova et particulièrement sa dimension d’écrivain. Une émission réalisée par Pascale Rayet,(1ère diffusion : 08/12/2012).

Costume pour le Csanova de Maurice Rostand par George Barbier, 1918•
Costume pour le Csanova de Maurice Rostand par George Barbier, 1918• Crédits : [Public domain], via Wikimedia Commons

On fait souvent de Giacomo Casanova un Dom Juan avide de performances sexuelles, un dissimulateur cynique et immoral. C’est sans doute confondre le personnage et sa caricature. Le parcours du voyageur vénitien a certes de quoi brouiller les pistes : aventurier, amant de quelques 120 femmes, exilé aux milles métiers, l’homme a fait de sa vie une oeuvre. Mais il a aussi construit une œuvre à partir de sa vie. Le récit dont il commença la rédaction, en Français, en 1790, quelques années avant sa mort, manuscrit de près de 4.000 pages intitulé L’Histoire de ma vie, en est le témoignage principal. En 2012 pour "Une Vie, une œuvre", Françoise Estèbe proposait de nous faire découvrir Casanova l’écrivain, dans une émission réalisée par Pascale Rayet.

Cette émission en forme de montage d'entretiens donnait la parole à Michel Delon, professeur de littérature française à la Sorbonne, auteur de Casanova Histoire de sa vie, Lydia Flem, psychanalyste, auteure de Casanova ou l'exercice du bonheur, Gérard Lahouati, professeur de littérature française à l'Université de Pau, Jean-Didier Vincent, biologiste, auteur de Casanova la contagion du plaisir.

Lydia Flem, analysait l'image que Casanova avait laissée dans l'imaginaire collectif :

C'est cela qui est très surprenant, on imagine toujours que Casanavoa est un Don Juan, or il est exactement l'inverse, il est sincère, il aime. Même si jamais il ne veut  se fixer ou s'il le croit, très vite il se rend compte qu'il sera un mauvais mari et qu'il vaut mieux être un bel amant. Il parle de lui en disant qu'il est un homme sans conséquence. Il faut dire aussi que, par honnêteté intellectuelle, nous devons essayer de nous représenter un 18ème siècle où les femmes avaient aussi une forme de liberté dans l'amour. [...] Casanova veut un amour joyeux, un amour léger et il aimerait que ce soit partagé. Il aime rencontrer des partenaires qui veulent la même chose que lui, et pas des partenaires qu'il faut forcer, cela ne l'intéresse pas, il veut un échange. 

  • Production : Françoise Estèbe 
  • Réalisation : Pascale Rayet
  • Une vie, une oeuvre - Giacomo Casanova
  • 1ère diffusion : 08/12/2012
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France

Chroniques

1H01
25 min

Les Nuits de France Culture

Claude Lanzmann à propos du "Mur des noms" : "La nomination est la sépulture même"

Bibliographie

Intervenants
  • professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’Université Paris IV-Sorbonne, spécialiste du siècle des Lumières
  • psychanalyste et photographe, elle est membre de l'Académie royale de Belgique.
  • Professeur de littérature à l'Université de Pau
  • Neuropsychiatre et neurobiologiste, de l'Académie des sciences et membre de l'Académie de médecine
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......