LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des chars russes dans les rues de Budapest, lors de la répression de l'insurrection hongroise, le 12 novembre 1956

L'histoire en direct - 23 octobre 1956 : Le soulèvement de Budapest (1ère diffusion : 04/11/1991)

1h04
À retrouver dans l'émission

Après la dénonciation par Khrouchtchev des crimes de Staline, les Hongrois se soulèvent car ils ne veulent plus de dirigeants aux ordres de Moscou. Mais leur révolution sera écrasée par les tanks de l’Armée rouge afin d’empêcher toute contagion.

Des chars russes dans les rues de Budapest, lors de la répression de l'insurrection hongroise, le 12 novembre 1956
Des chars russes dans les rues de Budapest, lors de la répression de l'insurrection hongroise, le 12 novembre 1956 Crédits : Jack Esten - Getty

A travers les témoignages d’acteurs de l’époque, d’archives et de lectures, et alors que l’URSS vit ses dernières semaines, Patrice Gelinet revient sur le soulèvement de Budapest d’octobre 1956. 

En février 1956, lors du XXe Congrès du parti communiste soviétique, Khrouchtchev provoque un véritable séisme dans tout le monde communiste en dénonçant les crimes de Staline, trois ans après sa mort. Le premier secrétaire du comité central ouvre ainsi une boite de Pandore et fragilise les dirigeants staliniens des pays de l’Est. 

En juin 1956, les Polonais se soulèvent et ramènent Gomułka au pouvoir. Au même moment en Hongrie, pour éviter la contagion, les Soviétiques remplacent eux-mêmes Rákosi par Gerő et laisse se développer une opposition qui s’organise au sein de l’Union des écrivains, du Cercle Petőfi et dans les universités. Les nouveaux dirigeants soviétiques sont prêts à lâcher du lest pour maintenir leur emprise sur les démocraties populaires qui ont rejoint le tout nouveau Pacte de Varsovie.

C’est dans ce contexte que les étudiants hongrois préparent une manifestation de soutien à la Pologne, encouragés par les partisans d’Imre Nagy qui voient là une occasion de ramener l’ancien président du conseil et ses réformes. Mis à l’écart lors des purges staliniennes, il souhaite l’assouplissement du régime dans tous les domaines et condamne la brutalité de la police politique hongroise, l’ÁVH. 

Cette manifestation du 23 octobre 1956 est réprimée violemment par Gerő. Les Hongrois se dirigent alors vers le symbole de l’occupation soviétique. A 2h30 du matin, la statue de Staline qui se dresse près de la place des Héros est renversée. 

Pour apaiser la tension, le Comité central du Parti communiste hongrois fait appel à Nagy, qui redevient président du conseil dans la nuit du 23 au 24 octobre. Mais le 25 octobre, le colonel Pál Maléter, qui devait défendre la caserne Kilian face aux révolutionnaires, passe de leur côté. Il va devenir la figure emblématique du soulèvement de Budapest. Nagy est dépassé par les événements et, après une semaine d’insurrection, les tanks de l’Armée rouge arrivent par milliers en Hongrie.

Pendant quatre jours, les protestataires vont continuer à se battre malgré la supériorité écrasante des Soviétiques. Selon les chiffres officiels, 3000 Hongrois sont morts pendant le soulèvement et plus de 200.000 ont fui leur pays pour échapper à la chape de plomb d'un système qu'ils auront tenté en vain de détruire. En 1958, Imre Nagy et trois de ses amis sont jugés et condamnés à mort. D’autres seront emprisonnés. Sans que cela soulève beaucoup d'émotion dans le camp occidental...

  • Par Patrice Gélinet   
  • Réalisation : Christine Bernard Sugy
  • Avec notamment les témoignages de Peter Foldes, journaliste hongrois, Miklós Vásárhelyi, qui fut un proche de Nagy, Judit Maléter, la femme de Pál Maléter, chef militaire de la révolution, Alain de Sédouy, journaliste français qui a couvert l’insurrection de Budapest
  • "L'histoire en direct - 23 octobre 1956 : Le soulèvement de Budapest"
  • France Culture
  • 1ère diffusion : 04/11/1991
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......