LE DIRECT
Les écrivains et le fait divers
Épisode 1 :

Minh Tran Huy : "On s’intéresse tous au fait divers, c’est une appétence naturelle humaine"

29 min
À retrouver dans l'émission

2021 |Dans ce premier entretien de la Nuit des Faits divers, Minh Tran Huy explique l’intérêt du public pour les faits divers et évoque la place de ces derniers dans la littérature moderne.

Couverture du livre "La double vie d'Anna Song" de Minh Tran Huy
Couverture du livre "La double vie d'Anna Song" de Minh Tran Huy Crédits : Actes Sud

Au micro de Philippe Garbit, Minh Tran Huy explique l’origine de sa passion pour les faits divers en tant que romancière, ainsi que l’appétence du public pour ces derniers. En effet, les feuilletons judiciaires ont toujours été exploités par la presse à des fins commerciales, l’engouement qu’ils suscitent auprès du grand public stimulant indéniablement les ventes.

On s’intéresse tous au fait divers, c’est une appétence naturelle humaine parce que les faits divers parlent de nous.

Mais contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer, le fait divers n’est pas forcément morbide et sanglant, et Minh Tran Huy l’illustre très bien avec son roman La double vie d'Anna Song. Cet ouvrage s'inspire librement de l’escroquerie de la pianiste Joyce Hatto et de son mari William Barrington-Coupe, qui ont publié sous le nom de cette dernière de nombreuses œuvres musicales enregistrées par d’autres pianistes. 

Minh Tran Huy revient également dans cet entretien sur la place du fait divers dans l’histoire de la littérature, s’appuyant sur quelques exemples de la littérature moderne comme Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas, La Séquestrée de Poitiers d’André Gide, Thérèse Desqueyroux de François Mauriac ou encore Les Viaducs de Seine-et-Oise de Marguerite Duras. Elle aborde notamment le traitement singulier par Maupassant du fait divers avec sa méthode réaliste-naturaliste. 

Au fil de l’histoire et notamment au cours de ces deux derniers siècles, la littérature s’est largement emparée du fait divers. Il est certain que les affaires judiciaires ayant fait l’objet de romans célèbres occupent une place plus importante dans la mémoire collective que celles n’ayant été relayées que par la presse.

Bien souvent c’est le romancier qui a le dernier mot car c’est un meilleur fictionneur que celui qui a rapporté les faits (…) Le schéma des faits divers, c’est le grand schéma des mythes, et nous [les romanciers] on se raccroche à ces schémas pour broder une histoire à partir de motifs très anciens (…) Le principe du romancier c’est de modeler la glaise du fait divers pour transcender le fait divers original de façon à ce qu’il parle à tous.

  • Par Philippe Garbit 
  • Réalisation Virginie Mourthé
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour
  • Indexation web : Etienne Rouch, Documentation Sonore de Radio France
  • La Nuit des Faits divers - Entretien 1/4 avec Minh Tran Huy (1ère diffusion : 30/05/2021)
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......