LE DIRECT
Les écrivains et le fait divers
Épisode 9 :

Jean Vautrin : "L'invention est constamment en dessous de la réalité du fait divers"

45 min
À retrouver dans l'émission

1984 |Radiographie du magazine "Détective". Patrice Delbourg, ancien rédacteur à "Détective", le romancier Jean Vautrin parmi d'autres analysent le rôle et l'influence du magazine populaire "Détective" (devenu "Nouveau Détective" en 1982) dans l'émission "Panorama" du 1er février 1984.

Couverture de "Détective. Qui ?" : Le magazine de l'énigme et de l'aventure Éditeur  :  (Paris) Date d'édition :  1949-03-21
Couverture de "Détective. Qui ?" : Le magazine de l'énigme et de l'aventure Éditeur : (Paris) Date d'édition : 1949-03-21 Crédits : Gallica, BNF

Quand le fait divers devient-il un mythe ? Nadine Vasseur s'intéressait au journal "Détective" dans l'émission "Panorama" en février 1984 en compagnie de Patrice Delbourg, ancien rédacteur à "Détective", de l'écrivain Jean Vautrin et de plusieurs membres de la rédaction de "Nouveau Détective". 

Dans l'histoire du journalisme "Détective" joue un rôle énorme, avec "Paris-Hollywood", "France Soir" et "Mickey Magazine" dans les fantasmes des gens c'est très important. 

Un rédactrice de "Nouveau Détective" : 

Il n’y a jamais de part d’imagination dans "Détective", ce sont toujours des faits réels absolument réels, mais comme la réalité dépasse souvent la fiction, on a l’impression que l’on invente, tellement ce qui se passe semble extraordinaire.

Jean Vautrin :

L'invention est constamment en dessous de la réalité. On vit dans une société où l'exceptionnel est toujours possible, c'est rafraichissant et noir en même temps. On est tous capables d'être acculé au fait divers. On est tous capables d'être des grands schizophrènes. Si je n'avais pas l'écriture je pense que je serais quelqu'un qui aurait des choses à cacher. (...) Je pense que le journaliste de "Détective" doit fournir un matériau scabreux, étonnant et détonnant à des gens qui ont besoin de cette contre-culture, d'une sorte de "contre fait divers" pour ne pas sombrer, eux aussi. C'est leur proposer de l'exceptionnel qui, quelque part, les rassure car on a tous, au fond de nous-même, quelque chose de barbare. On a une sorte de barbarie en nous.

  • Par Nadine Vasseur 
  • Panorama - Détective et Faits divers (1ère diffusion : 01/02/1984)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......