LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pompeii, Naples, Italy
Épisode 8 :

Jorge-Luis Borges : "Je suis toujours étonné d'avoir un corps, d'avoir une voix, d'être en France, d'être avec vous..."

25 min
À retrouver dans l'émission

Dans ce quatrième entretien "A voix nue" Jorge-Luis Borges s'entretient avec Jean Daive à propos des nouvelles "La bibliothèque de Babel" et "Les ruines circulaires". Avec un regard lucide sur ses textes de jeunesse, l'auteur argentin évoque la littérature comme "une forme d'étonnement".

L'écrivain argentin Jorge Luis Borges, lors de son 82ème anniversaire en août 1981.
L'écrivain argentin Jorge Luis Borges, lors de son 82ème anniversaire en août 1981. Crédits : SABETTA / UPI - AFP

Jorge-Luis Borges entraine ses lecteurs dans le vertige de ses doutes sur le réel. En 1978, il se souvenait, au micro de Jean Daive, de certaines de ses nouvelles et les commentait.

La nouvelle La bibliothèque de Babel, sans personnages, dans une bibliothèque infinie avait été écrite comme "une espèce de vengeance". Travailler dans une bibliothèque de Buenos Aires comme "petit rond de cuir" l'avait, dans sa jeunesse, rendu très malheureux.

A propos de son style il avoue : "A cette époque-là je voulais des adjectifs" pour attirer l'attention du public.

Il se souvenait de la nouvelle Les ruines circulaires, écrite dans un style qu'il juge désormais "trop prétentieux" : 

Pour cette histoire il faut que tout soit faux, il faut un fleuve infini, un nombre infini de rêveurs, de rêveurs rêvés… 

Il évoque ses influences littéraires :

J'étais un grand lecteur et amateur de romans policiers, j’ai dirigé une collection de romans policiers. J’aime surtout Wilkie Collins, Chester Himes, Edgar Poe, je n’aime pas les romans policiers américains, ce sont des romans de violence, de sexualité. 

et son étonnement permanent, source de création :

Je suis toujours étonné d’avoir un corps, d’avoir une voix, d’être en France, d’être avec vous…tout cela m’étonne.

La nuit m’étonnera toujours, ce nuage plus grand que la Terre.

C’est une très belle hypothèse, que chacun est un magicien…en ce moment vous me rêvez et je vous rêve.

Avec Jorge-Luis Borges - Lecture de "La bibliothèque de Babel" et "Les ruines circulaires", de Jorge-Luis Borges.

  • Par Jean Daive
  • Réalisation : Malika Mezghach
  • A voix nue - Jorge-Luis Borges, 4ème partie (1ère diffusion : 16/03/1978)
  • Indexation web : Véronique Vecten, Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......