LE DIRECT
Caroline Champetier
Épisode 1 :

Caroline Champetier : "La machine du cinéma, c’est la caméra ; les machines étaient interdites aux femmes et quelque chose de ce qui nous était interdit m’attirait"

43 min
À retrouver dans l'émission

2021 |Dans ce premier entretien de la nuit qui lui est consacrée, Caroline Champetier retrace au micro d’Albane Penaranda son parcours de directrice de la photographie au cinéma, abordant ses collaborations avec les cinéastes, son expérience en réalisation, en radio, et les documentaires sur des musiciens

Caroline Champetier sur le tournage de "Trop tôt, trop tard" de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, 1982
Caroline Champetier sur le tournage de "Trop tôt, trop tard" de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, 1982 Crédits : William Lubtchansky

Née d’un père architecte, passionnée d’urbanisme, Caroline Champetier se destinait plutôt à une carrière littéraire. C’est un peu par hasard qu’elle a intégré l’IDHEC et le domaine du cinéma dans sa jeunesse. Arrivée dans ce milieu dans les années 1970, elle aborde inévitablement la place qui y était réservée aux femmes, et notamment dans les métiers techniques où elles étaient rares.

Pour moi, la machine du cinéma, ça a tout de suite été la caméra. Les machines étaient interdites aux femmes. J’avais un solex, ça m’intéressait beaucoup de savoir le réparer ; quelque chose de ce qui nous était interdit m’attirait.

Elle retrace ses principales collaborations mais évoque aussi ses influences, notamment son admiration pour le travail de Nestor Almendros, directeur de la photographie de nombreux films, ceux de Rohmer et Truffaut bien sûr, mais aussi des films américains comme Les Moissons du ciel de Terrence Malick.

Avec plusieurs numéros du "Cinéma des cinéastes" au programme de sa Nuit d'archives, c'est l'occasion pour Caroline Champetier de rendre hommage à Claude-Jean Philippe. Elle raconte ses débuts dans l'émission avec Pierre Donnadieu alors qu'elle n'était "qu'une apprentie du geste cinématographique et qu'une apprentie cinéphile".

Abordant ses expériences de réalisatrice, avec notamment Berthe Morisot en 2013, elle distingue le travail de réalisateur de celui de directeur de la photographie et confie avoir apprécié ce changement de poste. Elle revient sur sa collaboration avec Chantal Akerman et sur la chance qui fut la sienne d'avoir pu débuter sa carrière de directrice de la photographie avec cette cinéaste aux choix formels et dramaturgiques radicaux pour son film Toute une nuit en 1982 :

C’était une chance extraordinaire, une cinéaste avec qui j’étais presque amie, qui me demande de l’accompagner pour un film qui est encore aujourd’hui un film phare de sa filmographie parce qu’il est à la frontière du cinéma, de la danse, de la peinture, de la musique...

Caroline Champetier choisit deux pianistes, deux interprètes, Sviatoslav Richter et Martha Argerich, pour rappeler que les directeurs de la photographie sont eux-mêmes des interprètes au service des réalisateurs. Elle cite Sviatoslav Richter pour qui l'interprète "ne doit pas dominer la musique, mais devrait se dissoudre en elle". Et pour répondre à la question "comment filmer la musique, les musiciens au travail ?" elle invite à voir le film de Bruno Monsaingeon Richter l'Insoumis dont elle garde un souvenir particulièrement ému et fait part de sa fascination pour le pianiste soviétique :

Je trouve la vie de Richter particulièrement bouleversante. D’abord physiquement, cet être qui a l’air d’être une sorte de bûcheron sorti de la Sibérie profonde, qui était très grand, assez lourd… quand on le voit s’approcher du piano et commencer à toucher le clavier comme un papillon, c’est extraordinaire, comment un être humain peut arriver à ce niveau de légèreté et de profondeur en étant cela physiquement. Tout cela me fait croire en la profondeur de l’engagement.

  • Par Albane Penaranda 
  • Réalisation Virginie Mourthé
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour
  • Indexation web : Etienne Rouch, Documentation Sonore de Radio France
  • La Nuit rêvée de Caroline Champetier - Entretien 1/3 (1ère diffusion : 06/06/2021)
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......