LE DIRECT
Caroline Champetier
Épisode 7 :

Nan Goldin : "Je ne suis pas américaine, je suis une New-yorkaise, c'est très différent"

23 min
À retrouver dans l'émission

2004 |En 2004, Nan Goldin proposait une exposition intitulée "Honey on a Razor Blade" à la Galerie Yvon Lambert à Paris. L'occasion d'aborder son travail dans "Les Matins de France Culture".

Une assistante du marchand d'art Yvon Lambert prépare, le 30 juin 2000 à Avignon, une oeuvre de la photographe américaine Nan Goldin.
Une assistante du marchand d'art Yvon Lambert prépare, le 30 juin 2000 à Avignon, une oeuvre de la photographe américaine Nan Goldin. Crédits : Boris HORVAT - AFP

"Honey on a Razor Blade", autrement dit "Du miel sur une lame de rasoir". C'était le titre de l'exposition que la photographe américaine Nan Goldin proposait aux Parisiens à la Galerie Yvon Lambert durant les mois de juin et juillet 2004. Une exposition présentée comme amorçant "un changement dans son travail", et dans laquelle certains voyaient poindre de l'œuvre de Nan Goldin quelque chose qui ressemblait à de la sérénité.

Photographe américaine ? Elle s'en défendait, préférant se dire "new-yorkaise", voire "parisienne", puisqu'à cette époque elle s'était installée depuis peu dans la capitale. 

Je ne suis pas américaine, je suis une New-yorkaise, c'est très différent. Et je vis à Paris, je déteste être considérée comme une Américaine. Je me suis promis de partir quand Reagan a été élu, puis je me suis fait la promesse de partir quand Bush est arrivé, et j'ai tenu la troisième promesse avec Bush fils. 

Nan Goldin évoquait les photographies exposées à la galerie Yvon Lambert, son travail qu'elle qualifiait de "post-rationaliste". 

En tant qu'artiste je ne sais pas ce que je fais quand suis en train de le faire. Je comprends mon travail après l'avoir fait. Je suis mes émotions, je fais des photos des gens que j'aime, des paysages que j'aime, ça vient de l'intérieur. 'I take pictures from my stomach' (je photographie avec mes tripes).

Elle s'arrêtait plus précisément sur des photographies de ses parents, sur ce qu'elles révélaient après coup.

Je ne suis pas consciente de comment j'ai pris cette photo. La photographie de mes parents s'embrassant est très passionnée. Mon père a 90 ans et ma mère aussi. Et c'est important pour moi de montrer que jusqu'à un âge avancé les gens sont chargés sexuellement.

  • Par Nicolas Demorand - Traduction Sophie Nicholson
  • Réalisation : Anne Depelchin
  • Les matins de France Culture - Nan Goldin à propos de sa démarche artistique  (1ère diffusion : 11/06/2004)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......