LE DIRECT
CharlesFiterman lors d'une rencontre avec de jeunes collégiens du Chambon-Feugerolles - 2015

La Nuit rêvée de Charles Fiterman - Entretien 2/3

34 min
À retrouver dans l'émission

2016 |Deuxième entretien de "La Nuit rêvée" de Charles Fiterman, il évoque la suite des archives au programme : la souffrance au travail, l'affaire Metaleurop, "Les blessures du monde arabe" d'Amin Maalouf et Nelson Mandela. Entretien 2/3 par Albane Penaranda

CharlesFiterman lors d'une rencontre avec de jeunes collégiens du Chambon-Feugerolles - 2015
CharlesFiterman lors d'une rencontre avec de jeunes collégiens du Chambon-Feugerolles - 2015 Crédits : Rue43120 via Wikimedia Commons

Né en 1933 à Saint-Étienne dans une modeste famille juive originaire de Pologne, rien ne le prédestinait à devenir ministre, même si enfant déjà on lui disait qu'il en avait la tête.

Après avoir été un ouvrier syndicaliste, puis cadre et numéro deux d'un parti dont il était un militant depuis ses dix-sept ans, c'est pourtant ce qui arriva à Charles Fiterman en 1981.

S'il ne se définit plus comme communiste depuis longtemps, il reste attaché au monde ouvrier et sensible aux questions sociales. La programmation de sa Nuit rêvée en témoigne avec l'affaire Metaleurop et le psychanalyste Christophe Dejours qui parle de la souffrance au travail. Avec Amin Maalouf c'est des blessures du monde arabe dont il est question. Le progrès, la science et la responsabilité de l'intellectuel face au pouvoir sont les thèmes du Galilée de Brecht que montait Vitez en 90, quand s'effondrait le bloc soviétique et du même coup, selon lui, l'idée communiste. Charles Fiterman a quitté lui le Parti Communiste en 1994. Comme il le dit volontiers "Il faut beaucoup de temps pour que l'acide des faits entame l'acier des convictions". Nelson Mandela, héros planétaire de la fin du XXème siècle, est le seul leader politique qu'il souhaitait pour sa Nuit rêvée.

Dans le programme qu'il a composé, il tenait à faire une place au monde paysan. Un monde où, enfant traqué pendant l'Occupation, il trouva refuge dans une famille du plateau du Velay. Il a voulu aussi que l'on y entende Marie-Claude Vaillant Couturier, témoin de l'horreur des camps, survivante d'Auschwitz d'où le père de Charles Fiterman n'est jamais revenu.

Vous pouvez écouter la 1ère partie de cet entretien, et la dernière

  • Production : Albane Penaranda 
  • Réalisation : Virginie Mourthé
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour

Chroniques

4H07
30 min

Les Nuits de France Culture

Les pieds sur terre - Metaleurop paiera
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......