LE DIRECT
Jacqueline Caux
Épisode 3 :

Nina Simone : "Dès l’âge de trois ans j’étais déjà consciente, autant qu'aujourd’hui, des injustices raciales"

1h05
À retrouver dans l'émission

2014 |Voici l’histoire d’une petite fille qui avait le don de l’oreille absolue, elle fera de ses blessures des ressorts et de ses défauts des armes. C'est l'histoire d'une jeune fille qui invente sa propre discipline et sa mesure : cette femme c'est Nina Simone, pianiste et chanteuse de jazz.

La chanteuse de jazz américaine Nina Simone se produit en juillet 1969 lors d'un concert dans le cadre du festival panafricain d'Alger.
La chanteuse de jazz américaine Nina Simone se produit en juillet 1969 lors d'un concert dans le cadre du festival panafricain d'Alger. Crédits : ELEONORE BAKHTADZE - AFP

Dès l’âge de trois ans j’étais déjà consciente, autant qu’aujourd’hui, des injustices raciales.

Pas besoin de me cogner pour me faire comprendre le message, par exemple quand j’étais jeune on ne me laissait pas m’assoir au drugstore pour manger mon sandwich au fromage, j’avais compris le message. (…) La seconde fois c’est quand je suis arrivée au Curtis Institute pour passer un concours et je n’ai pas vraiment compris, je jouais Bach, Rachmaninov, j’avais bien joué. Je n’ai pas compris pourquoi je n’ai pas été admise. Autour de moi des gens qui connaissaient bien mon talent m’ont dit, ‘mais Nina c’est parce que tu es Noire’, et cela m’a choqué. J’ai dit, ‘ok, j’irai là où je pourrai aller pour gagner un peu d’argent pour aider mes parents’. 

"Je mourrai à soixante-dix ans, parce qu'après ce n'est que de la douleur ", avait prédit Nina Simone. Même si sa vie ne fut pas un conte de fées, cette petite fille de Caroline du Nord, qui se rêvait en première pianiste classique noire, est bien devenue une vieille dame, honorée et applaudie, avant de s'éteindre à l'âge prévu dans le sud de la France, en 2003.

Née en 1933, après la Grande Dépression et dans la Ségrégation du Sud des Etats-Unis, là où le soir certains voisins portent des cagoules blanches du Ku Klux Klan, et où le dimanche, sa mère, prêche à l’église, Eunice Kathleen Waymon, est devenue Nina Simone, une autre dont l’identité rendait hommage à son idole, Simone Signoret. 

Ses compagnons de jeux s’appellent Sonates de Beethoven, Suites de Bach, ou Variations Goldberg, et elle grandit entre deux mondes, entre deux pôles. Entre l’univers gospel familial, et le monde classique, elle rêve d’être libre et de changer une Amérique raciste. 

Elle se nourrit de poésie et d’émotions, milite pour la défense des Droits Civiques, côtoie Dylan, Martin Luther King ou Malcom X, et va enregistrer plus de 40 disques, entre 1958 et son premier album Little Blue Girl , et le milieu des années soixante-dix, début de ses années d'errance. 

Elle fuit alors entre la Barbade, le Libéria, la Hollande, la Suisse et la France. Loin de l’insouciance de la petite Eunice Waymon, Nina Simone deviendra l'une des "plus grandes artistes de son siècle", selon le magazine Time, et renaît même avec le succès de My Baby Juste Cares For Me. Le monde la réclame encore, avant qu’elle ne retombe à nouveau dans la solitude.

Entre New York et Paris où elle vécut, cette émission remonte le fil de la vie de Nina Simone en musique et avec ses proches, dont Sam Waymon, son frère, confident, manager, compagnon de route et de scène, mais aussi David Brun-Lambert, Gilles Leroy et Angélique Kidjo.

  • Par Elodie Maillot
  • Réalisation Manoushak Fashahi
  • Une vie, une oeuvre - Nina Simone (1ère diffusion : 08/03/2014)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......