LE DIRECT
Jean Blot
Épisode 1 :

Jean Blot : "Dans presque tous mes romans il y un fond biographique qui est utilisé assez librement"

40 min
À retrouver dans l'émission

2014 |La Nuit rêvée de Jean Blot - Entretien 1/3 (1ère diffusion : 12/10/2014). Écrivain, traducteur, interprète et haut fonctionnaire Jean Blot a choisi des archives sur l’ONU et l’UNESCO, la SDN, Albert Cohen, la NRF de Marcel Arland, la traduction littéraire, Virginia Woolf ou encore Vladimir Nabokov.

Fresque de Pablo Picasso à l'UNESCO.
Fresque de Pablo Picasso à l'UNESCO. Crédits : Loomis Dean/The LIFE Picture Collection via Getty Images - Getty

Jean Blot nous a quitté le 23 décembre 2019. Nous vous proposons de redécouvrir sa Nuit rêvée enregistrée en 2014. 

Jean Blot est né à Moscou en 1923 dans une famille juive. Enfant, il quitte la Russie pour Berlin puis pour Paris, il effectue ses études en France puis en Angleterre. Il participe à la Résistance (Jean Blot est son nom de résistant), part à New-York et débute une longue carrière à l’ONU. En parallèle à sa carrière d’interprète, il écrit des romans, des essais ou des biographies consacrés à d’autres écrivains : Vladimir Nabokov, Albert Cohen, Marguerite Yourcenar, Ossip Mandelstam et même Moïse … !

On ne s’étonnera pas de trouver dans la nuit rêvée de cet ancien interprète à l’ONU et à l’Unesco des archives sur la SDN, l’arrivée en Suisse du jeune Albert Cohen, la NRF de Marcel Arland, la  traduction des poètes russes, le Journal de Virginia Woolf ou encore Vladimir Nabokov

Dans ce premier entretien Jean Blot évoque son enfance, l’origine de son nom (son vrai nom est le même que le poète Alexandre Bloch), ses études à Paris, puis en Angleterre, il se souvient de ces années formatrices "peu d’années mais des années cruciales, ce fut une formation, en plus on nous battait ce qui est toujours un peu gênant". 

A propos de son œuvre d'écrivain :  

Dans presque tous mes romans il y un fond biographique qui est utilisé assez librement. (...) Dans tous mes romans il y a un élément biographique, dans aucun il n’est exact. 

Il se souvient, à la Libération, il a été recruté comme interprète à l’ONU alors que le russe est adopté comme langue officielle. 

La vision de l’avenir en 1946 est évidement bien différente de celle de 1920. La vision de l’avenir en 46 est double : il y a un immense optimisme avec les Nations Unies, on a l’impression que l’on peut faire quelque chose, on pose la mitraillette, on pense que l’on peut influencer le destin. D’autre part il y a la bombe atomique, ma génération vivait sous la hantise de la guerre atomique. 

  • Par Philippe Garbit  
  • Réalisation : Virginie Mourthé 
  • Avec la participation de Hassane M'Béchour
  • La Nuit rêvée de Jean Blot - Entretien 1/3 (1ère diffusion : 12/10/2014) 
  • Indexation web :  Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France 

Chroniques

0H37
1h

Les Nuits de France Culture

La Nuit rêvée de Jean Blot (2/10) : De la Société des Nations à l'ONU
Intervenants
  • écrivain, traducteur et haut fonctionnaire
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......