LE DIRECT
Exposition retrospective du photographe Jean-Marie Périer, au sommet de la Grande Arche de La Défense : "Souvenirs d'avenir" du 15 janvier au 3 mars 2019
Épisode 6 :

Jean-Marie Périer : "Les photographes faisaient la guerre, ils se tapaient des princesses, ils roulaient en Ferrari, c’étaient les dieux"

32 min
À retrouver dans l'émission

2019 |Malgré les blessures insurmontables d’une filiation compliquée Jean-Marie Périer a su saisir et transformer tous les cadeaux que le destin semait sur son chemin. "Oser" pourrait-être la devise de ce "déraisonnable" assumé affublé d’une vitalité hors du commun. Entretien 2/3.

Jean-Marie Périer en avril 2009 à Los Angeles devant l'une de ses photos de Sylvie Vartan et Brigitte Bardot (exposition).
Jean-Marie Périer en avril 2009 à Los Angeles devant l'une de ses photos de Sylvie Vartan et Brigitte Bardot (exposition). Crédits : GABRIEL BOUYS - AFP

Jean-Marie Périer explique que sa rencontre avec Daniel Filipacchi, "un type beau, intelligent" va lui ouvrir les portes d’une vie professionnelle qu’il n’avait pas imaginé.  Il est reconnaissant envers celui qui lui a donné "une deuxième éducation", et qui le fait entrer à "Paris-Match" :

Il m’embarque, me parle comme à un homme, fini l’enfance, fini les problèmes  ! A l’époque il y avait du pognon et les rois du monde, c’étaient les photographes. Ces types-là, ils faisaient la guerre, ils se tapaient des princesses, ils roulaient en Ferrari, c’étaient les dieux.

Daniel Filipacchi monte "Salut les copains", un magazine pour adolescents qui va connaitre quinze ans de succès. Le jeune Jean-Marie l’assiste. Son mentor lui laisse pour seule consigne "que ses photos déplaisent aux parents". Jean-Marie Périer s’émeut aujourd’hui que ses clichés, alors méprisés par l'intelligentsia de la photographie, soient encore si populaires aujourd’hui. 

C’est encore une rencontre qui va bouleverser sa vie. Il tombe "absolument fou de ce type qui vivait avec mon ex." Ce type, c’est Jacques Dutronc. Il lui donne envie de se lancer, sans rien en connaitre, dans la réalisation. Il tourne avec lui et son père François Périer un film, Antoine et Sébastien, en 1974. 

Mais sur sa vie plane toujours l’ombre d’une généalogie compliquée : 

J’ai 80 ans dans six mois et je parle d’une histoire dont je ne me suis pas remis depuis l’âge de 16 ans et je ne m’en sortirai jamais.

Embourbé dans un conflit de loyauté envers son père François Perier, il fréquente dix années durant, en secret, son géniteur, Henri Salvador

Aujourd’hui encore,  Jean-Marie Périer est convaincu que, "la chose la plus déraisonnable du monde c’est d’être raisonnable. Vu qu’on ne vit qu’une fois, autant y aller à fond…"

Fidèle à lui-même, il confesse : 

Je n’ai jamais été aussi occupé que depuis que je suis à la retraite, ce qui est une bénédiction parce que vous me mettez à la retraite, je suis mort dans l’année.

  • Par Philippe Garbit
  • Réalisation : Virginie Mourthé
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour 
  • Indexation web : Odile Joëssel, Documentation Sonore de Radio France
  • La Nuit rêvée de Jean-Marie Périer - Entretien 2/3 (1ère diffusion : 20/10/2019)
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......