LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
PORTRAIT Mohamed EL KHATIB
Épisode 5 :

Alain Cavalier : "J'ai découvert en filmant moi-même que c'était dangereux de filmer et que c'est bien quand c'est dangereux"

51 min
À retrouver dans l'émission

"Projection privée" recevait Alain Cavalier en 2009 pour évoquer son film "Irène", un long-métrage qui partait en quête du souvenir de sa femme disparue accidentellement en 1972, quelques années après leur mariage.

Capture d'écran "Irène" 2009 - Réalisation : Alain Cavalier.
Capture d'écran "Irène" 2009 - Réalisation : Alain Cavalier. Crédits : Collection Christophel © Camera One / Pyramide Productions - AFP

Dans son film Irène, Alain Cavalier partait en quête du souvenir de sa femme disparue accidentellement en 1972, quelques années après leur mariage. Dans des chambres d'hôtels, des salles de bain, des appartements prêtés par des amis, ou dans la maison où il apprit la mort d’Irène, et à travers la lecture du journal qu'il rédigea les années précédant l'accident, il nous racontait son lien à cette femme et à cette histoire d'amour faite de colère, de malheur, de culpabilité autant que de sensualité et de joie. Comme toujours depuis La Rencontre, son film sorti en 1996, Alain Cavalier tournait cette histoire seul, avec une petite caméra numérique, et nous parlait, en même temps qu'il filmait. Lorsqu’on l’entend raconter ses films, on est toujours, par la grâce du son de sa voix, de sa mélodie singulière, immédiatement replongé dans leur univers. Au micro de Michel Ciment il racontait la création d’Irène.  

Pour filmer sa femme disparue il explique ses différentes tentatives et idées : 

La vitalité du film c'est celle du cinéaste qui voyant revenir cette personne ancienne et la trouve exactement telle qu'elle est dans la vie, dans la vie qu'il a eu avec elle. Ses traits étaient vivants. J'ai essayé de l'incarner, de lui donner un corps, de filmer d'autres personnes, j'ai eu la tentation même de filmer des actrices, des comédiennes et puis de reconstituer des petits moments de la vie d'Irène. A chaque fois c'était un échec. Et à chaque fois je trouvais dans la vie des morceaux de vie qui me semblaient plus proches d'Irène plutôt que de prendre quelqu’un qui ne lui ressemblait pas qui ne pouvait pas être elle. 

Sur son projet de film avec Irène sur leur vie de couple, qu'il n'a pas réalisé car Irène est morte avant : 

Ce film-là était simplement mes rapports avec Irène avec un cadreur et un ingénieur du son. Tout était prêt, elle était un tout petit peu angoissée et en même temps attirée par tout ça. Je pensais que cela nous ferait avancer, même si ça nous conduisait à la séparation. C'est à dire que c'était dangereux, et j'ai découvert plus tard en filmant moi-même que c'était dangereux de filmer et que c'est bien quand c'est dangereux.

Il évoque un rêve qu'il a fait avec Sophie Marceau qui serait la fille d'Irène et la seule comédienne capable de jouer son rôle, sur elle il dit : 

Je ne cesserais de rendre hommage à cette femme que j'ai découvert au cinéma quand elle avait 13 ans, elle en a 43 maintenant et elle est aussi magnifique, j'ai voulu toute ma vie faire un film avec elle.

  • Production : Michel Ciment
  • Réalisation Olivier Bétard
  • Projection privée - Alain Cavalier pour "Irène" - 1ère diffusion : 07/11/2009
  • Indexation web : Documentation sonore de Radio France

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......