LE DIRECT
L'écrivain Valérie Manteau, Prix Renaudot 2018 pour "Le Sillon"

Valérie Manteau : "Chaque fois qu’il ne se passe rien, j’ai l’impression qu’il se passe quelque chose qui est en train de m’échapper, une menace"

36 min
À retrouver dans l'émission

Ex-chroniqueuse à Charlie Hebdo, Valérie Manteau est l’auteure de deux romans, "Calme et tranquille" et "Le Sillon". Dans le premier entretien de sa nuit rêvée, elle nous parle de deuils traumatiques, de reconstructions et d’écriture.

L'écrivain Valérie Manteau, Prix Renaudot 2018 pour "Le Sillon"
L'écrivain Valérie Manteau, Prix Renaudot 2018 pour "Le Sillon" Crédits : Emmanuelle Marchadour - AFP

Valérie Manteau avec Calme et tranquille, son premier roman, revient sur ses deuils. Celui du suicide de sa grand-mère et ceux qui font suite à l’attentat du 7 janvier 2015 contre le journal Charlie Hebdo auquel elle a collaboré. Cette nuit, elle nous parle de l’état dans lequel l’ont plongé ces évènements, "ce moment où l’on ne fait rien de particulier et ou notre vie bascule".

Chaque fois qu’il ne se passe rien, j’ai l’impression qu’il se passe quelque chose. Quelque chose qui est en train de m’échapper. Une menace. C’est un sentiment irrationnel, on ne vit pas très tranquille. 

Cependant, celle dont la "grand-mère s’est suicidée en regardant Koh-Lanta", est toujours prompte à souligner la part de grotesque, d’irrationnel, d’humour qui accompagne les moments les plus dramatiques de la vie, "Cet humour noir aide beaucoup" confesse-t-elle. D’ailleurs, de ses anciens compagnons de Charlie elle dit :

Il y a les survivants qui ont une force extraordinaire, qui sont parvenus à nous faire rire dès la première conférence de rédaction. 

Justement, comment parvient-on à se réinventer après de tels traumatismes ?  Le Sillon son deuxième roman y répond peut-être. En regardant l’autre ? Tel le journaliste arménien de Turquie Hrant Dink, assassiné pour avoir défendu un idéal de paix, dont Valérie Manteau retrace le parcours, les combats. En arpentant d’autres lieux ? Telles les rues d’Istanbul, si chères au cœur de l’écrivaine. 

Valérie Manteau nous dévoile ses choix, les voix qu’elle a choisies de nous faire entendre cette nuit, celle de Sarah Kane qui fut pour elle "une révélation complète", celle de Jeanne Moreau avec "son assurance extrêmement rassurante", celle de Virginia Woolf, à travers le comédien Michael Lonsdale et celle de Maryse Condé. 

  • Production : Philippe Garbit 
  • Réalisation : Virginie Mourthé
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour 
  • Indexation web : Odile Joëssel, Documentation Sonore de Radio France

Chroniques

0H36
34 min

Les Nuits de France Culture

Jeanne Moreau : "Je n'avais absolument pas envie de jouer des rôles comiques, je n'avais envie de jouer que de la tragédie"
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......